samedi 5 juillet 2008

CHARTRES

La cathédrale Notre-Dame est bien sûr le monument le plus célèbre de Chartres. Non seulement c'est l'une des plus belles de France, mais elle réunit le plus vaste ensemble de vitraux médiévaux au monde (elle est inscrite au Patrimoine mondial de l'UNESCO). Jusqu'à une époque récente, tous les murs intérieurs étaient enduits d'une crasse séculaire sinistre... Cela est en train de changer, de très importants travaux sont en cours (il y a des échafaudages partout), les quelques espaces nettoyés et restaurés donnent une idée du résultat final. Mais il faudra attendre au moins 2015 pour contempler le magnifique vaisseau intérieur dans toute sa splendeur originelle.



Musée des Beaux-Arts de Chartres
Ancien palais épiscopal
(département : Eure-et-Loir)

6e visite le dimanche 13 novembre 2011

Salle des émaux
Dans les vitrines, des émaux médiévaux.
Sur les murs, une suite d'émaux réalisés par Léonard Limosin (16e s.), représentant les 12 apôtres. Cette commande de François 1er reviendra à Henri II qui offrira la série à Diane de Poitiers pour orner son château d'Anet.


Nicolas de Largillierre : Portrait du philosophe Bernard de Fontenelle.

Hyacinthe Rigaud : Louis de St Simon, vidame de Chartres. Portrait d'un enfant portant perruque, et en armure, avec un nœud rouge vif sur la gorge.
-Le comte Jan-Andrzej Morszstyn et sa fille.
Willem Eversdyck (mort en 1671) : Portrait d'un peintre.
Claude Deruet : Allégorie de l'Air et de l'Automne (même composition que le tableau d'Orléans)

Cornelis de Vos : Portrait d'un jeune Garçon. Il est en robe ; il porte un collier de perle de corail en bandoulière, et des bracelets aux deux poignets ; à gauche, un chien à l'arrêt.
Gaspard Dughet : Paysage. Un ciel d'orage ; un berger raccompagne un troupeau de moutons.

Pierre Mignard : Portrait de Molière.

Claude Vignon (1593-1670) : Le Christ devant Pilate. (esquisse) Au centre, Pilate, assis sur son trône, se lave les mains ; au-dessous de lui, Jésus, assis sur un tabouret bas ; de part et d'autre, des personnages en costumes chamarrés.

Francisco de Zurbaran : Ste Lucie (1636). Elle a été torturée et égorgée. Lucie évoque la lumière. Son nom est invoqué pour la guérison des maladies des yeux. La sainte porte un plat de cuivre sur lequel sont posés deux yeux.
Pendant la campagne napoléonienne en Espagne, le maréchal Soult acquit une importante collection de peintures de Murillo, Herrera, Zurbaràn, Alonso Lano souvent méconnues en France. La plupart avaient été entreposées à l’Alcazar de Séville, dès 1810. C’est ainsi qu’il rapporta la Sainte Lucie de Zurbaràn à Paris, dans son hôtel particulier, 57 rue de l’Université. Après la mort du maréchal en 1851, la sainte Lucie figura dans la vente Marcille à Paris, en mars 1876. Le musée de Chartres l’acheta pour la somme de 510 francs.

Nicolas Bernard Lépicié : La Pitié de Fabius Dorso.
Justin van Egmont : Portrait de Mme de Normanville.

Anonyme (XVIIe, France) : La Délivrance de St Pierre. Petit tableau avec un ange et deux soldats.
Adrien Manglard (1695-1760) : Marines.
Joseph Vernet : Marines - Paysage rocheux.

Joseph-Siffred Duplessis (1725-1802) : Louis XVI.

Thomas Couture : Jeune fille endormie. (esquisse)

Etienne Barthélémy Garnier (1759-1849) : Entrevue du duc et de la duchesse d'Angoulême le1er décembre 1823.

Philippe-Auguste Jeanron (1809-77) : Scène de Paris (1833). Un père et ses trois enfants, misérables, sont assis sur le trottoir d'un quai de la Seine (symbolise les désillusions des héros de la Révolution).

Auguste Préault (1809-79) : Tuerie. (fragment d'un haut relief en bronze). Le plâtre a été présenté au Salon de 1834 où cette oeuvre romantique a provoqué un scandale - Bronze en 1850.
Auguste Préault : Dante et Virgile aux enfers. (haut relief en cire)

Vigilius Erichsen (1722-1782) : Portrait équestre de la tsarine Catherine II, dite "Catherine la Grande".

Chapelle de l'ancien évêché.
De nombreux portraits d'évêques ornent les murs latéraux de la chapelle.

François Marchand : St Paul. Marbre.

Benvenuto Tisio, dit "Il Garofalo" (1481-1559) : La Vierge adorant l'enfant Jésus. A gauche, un ange (symétrique à la Vierge), tient la couronne d'épines au-dessus de la tête de Jésus. Dans la partie supérieure, au-dessus des nuages, des anges tiennent les instruments de la Passion : à gauche, croix, fouets, éponge ; à droite, colonne, lance, clous.

Une belle collection de sculptures en bois polychromes (15e-16e)

Charles Durant, dit Carolus-Duran : Portrait d'Auguste Préault.
Rosa Bonheur : Cheval.
Johan Barthold Jongkind (1819-91) : Paysage.
Victor Dupré : Paysage aux environs de Nemours.
Jules Noël (1815-81) : Paysage breton.
Constant Troyon : Moutons.



Dans la cage de l'escalier menant au premier étage : 25 portraits d'une "galerie des Illustres" (fin 16e - 17e). La série comportait initialement 73 portraits de personnages politiques et de papes. Ces portraits décoraient le palais épiscopal.

Premier étage :
Baron François Gérard (1770-1837) : Entrée de Henri IV à Paris.

David Teniers le jeune : Joueurs de boules dans la cour d'un estaminet.
Le Concert - Tabagie de singes.
Jan Jos. Van Goyen : Paysage.
Karel Du Jardin : Paysage. (bergère et moutons)
Carel de Moor : Les Enfants aux Chardonnerets.

Gilles Van Coninxloo (1544-1607) : Le siège d'une ville par Henri IV.
Hans Brosamer : Portrait d'un homme tenant un œillet.

Hans Holbein le jeune : Portrait d'Erasme.

Pierre-Paul Prudhon : Portrait de l'Impératrice Marie-Louise.
François Bouchot (1800-1842) : La Tour d'Auvergne devant l'ennemi. (des Anglais)

Le salon de musique - collection de clavecins et autres instruments.

Jean-Germain Drouais (1763-88) : (néoclassique) Grand Prix de Rome 1784.
Philoctète dans l'île de Lemnos (1786-88). Dernière œuvre peinte. Seul Philoctète, ami d’Hercule, a eu le courage d’allumer le bûcher funéraire du héros, mettant fin à ses souffrances. Hercule lui lègue ses flèches. L’une d’elles blessera Philoctète, provoquant un ulcère. Embarqué avec ses compagnons pour la Guerre de Troie, Philoctète, blessé les importune par ses cris. De plus, la blessure dégage une puanteur intolérable. Ulysse décide ses compagnons à l’abandonner dans l’île de Lemnos, où il restera dix ans. Les grands héros sont morts et la Guerre de Troie s’éternise. L’oracle a annoncé qu’elle ne pourrait se conclure sans les flèches d’Hercule. Ulysse et le fils d’Achille, Néoptolème, se rendent sur l’île et persuadent Philoctète de les accompagner, sinon, ils lui voleront ses flèches. Philoctète cède à la menace, il y gagnera d’être guéri par un médecin. C’est lui qui tuera Pâris.

François Bouchot (1800-42) : Pylade défendant Oreste (1822). Pylade soutient Oreste, blessé, tout en combattant les habitants de Tauride.
Pylade est élevé avec son cousin Oreste. L'amitié qui unit les deux héros est si fidèle qu'elle deviendra proverbiale.
Après avoir tué sa mère Clytemnestre, Oreste est frappé de démence, et poursuivi par les Erinyes.
Pour l'aider à calmer ses tourments, il part avec Pylade en Tauride afin de dérober une statue d'Artémis, selon une prophétie de l'oracle de Delphes. Mais, ayant été pris, ils furent sur le point d'être immolés à la déesse, suivant la coutume du pays. Ils réussirent à s'échapper avec l'aide d'Iphigénie.

Jules Machard (1839-1900) : Narcisse.

Charles Joseph Natoire (1700-70) : La Pêche.
Carle Van Loo (1705- 65) : Portrait de femme en Pomone.


Charles-François Daubigny : Le Printemps.
Alexandre Ségé : plusieurs œuvres représentant Chartres et ses environs, ainsi qu'un grand paysage : En Pays chartrain.
Camille Corot : Le Repos des Chevaux.
Constant Troyon : Le Retour du marché. (âne, vaches et moutons)


Salle consacrée au général Marceau
Gabriel Jules Thomas (1824-1905) : Le général Marceau. Maquette en plâtre pour orner le musée du Louvre.

François Bouchot (1800-42) : Mort du général Marceau. (natif de Chartres - salle avec souvenirs)


Hubert Robert : Louis XIV devant l'aqueduc de Maintenon. Intérieur rustique. (beau petit tableau : intérieur paysan)
Jean-Honoré Fragonard : Paysage (le gué).
Joseph Vernet : Marine.
Nicolas-François Regnault : 2 pendants.
La Toilette de Vénus - L'Amour désarmé
.
Elisabeth-Louise Vigée-Lebrun : Portrait de la comtesse Marie-Françoise du Cluzet.
J.-Baptiste Greuze (1725-1805) : Portrait d'un Garçonnet.

François Boucher (1703-1770) : Berger endormi. (volé en 1996)

Jean-Siméon Chardin (1699-1779) : Le Singe peintre.

Jean-Siméon Chardin : Le Singe antiquaire.

Carle Van Loo (1705-65) : Adoration des Bergers. Belle composition, beaucoup de vie.
Charles-Antoine Coypel (1694-1762) : Le Sommeil de l'enfant Jésus. (endormi dans un panier en osier)
Pierre-Paul Prud'hon : L'Amour enchaîné. (petit tableau)

Chaïm Soutine (1893-1943) : Le Grand Enfant de chœur (1925 - dation en 1995). Provient de la collection Castaing.
-La Femme au lit ou La Liseuse (dation) - Les Escaliers de Chartres.
Paul Sérusier (1864-1927) : Jeune Fille au piano.

Une salle consacrée à Maurice Marinot (1882-1960) : Portrait de Florence - Paysage à Montgueux - Etude d'atelier - (+ d'autres).
Une salle consacrée à Jean Guérin (XXe s.) : (ami de Cocteau - a vécu aux U.S.A.)
Jean Guérin (1903-66) : Portraits de jeunes hommes rencontrés aux Etats-Unis. Belles œuvres.
Puis période différente (surréaliste).


Deux salles consacrées à Maurice de Vlaminck : Une vingtaine d'œuvres de 1900 à 1955.
Une œuvre fauve. je n'aime pas beaucoup Vlaminck à l'exception de ses oeuvres fauves.
Et des sculptures africaines provenant de sa collection personnelle.
Maurice de Vlaminck (1876-1958) : Nature morte au compotier (1905 - dépôt privé permanent)
-Nature morte au couteau (1910) - Bouquet de Pavots - Les Meules de Blé -


Maurice de Vlaminck : Nature morte au Panier de Fruits (1908)

Maurice de Vlaminck : Vue de Saint-Maurice-lès-Charencay sous la neige

André Derain : Portrait de Vlaminck (1905).


Un meuble exceptionnel
Bureau plaqué d'ébène, à décor de marqueterie de laiton et d'étain, reposant sur in piétement de bois sculpté et doré. Attribué à Pierre Gole (fin 17e).


Aucun commentaire: