vendredi 15 novembre 2019

MONTARGIS - Expo Salon de 1819


Musée Girodet

Exposition temporaire – « Girodet Face à Géricault ou la bataille romantique du Salon de 1819 »
Jusqu’au 12 janvier 2020

Une belle exposition !

Vue le samedi 19 octobre 2019

L'exposition du Musée Girodet évoque, deux siècles plus tard, un évènement culturel important : le Salon de peinture de 1819. Elle nous replonge au temps des plus grands peintres, osant le fabuleux face-à-face entre deux monstres sacrés de la peinture : Girodet et Géricault.

Nicolas-AntoineTaunay (1755-1830) : Vue de la grande galerie au Louvre pendant le Salon de 1819. Dessin (Louvre). A droite, on devine "L'embarquement de la duchesse d'Angoulême à Pauillac", par Antoine-Jean Gros
Baron Antoine-Jean Gros (1771-1835) : L'embarquement de la duchesse d'Angoulême à Pauillac, le 2 avril 1815. 326 x 504 cm (Salon de 1819 - Bordeaux). Cette œuvre n’est pas présentée à Montargis.
 Sur le dessin, à côté du tableau de Gros, on devine celui de Picot : "L'Amour et Psyché"

Sortant un peu du cadre habituel de ce blog, j'ai eu envie de montrer cette très intéressante et originale exposition.

Le Salon 1819 a fait grand bruit. « Le Radeau de la Méduse » – sobrement intitulé « Scène de Naufrage » – peint par Géricault est perçu comme une attaque contre la royauté et l’Académie des Beaux-Arts. Peu académique et trop réaliste, son esthétique choque.
En face, le « Pygmalion et Galatée » de Girodet, véritable icône de l’école néoclassique, reçoit tous les éloges des critiques d’art. Les débats fusent et Paris se divise, entre classicisme et nouveauté. L’exposition du Musée Girodet nous offre une rétrospective sur ce Salon parisien historique qui fit sensation auprès de ses contemporains. L’atmosphère grandiose est parfaitement recréée par le musée : les tableaux sont alignés côte à côte dans ses galeries XIXe qui rappellent celles du Louvre. Les chefs-d’œuvre romantiques s’enchaînent comme autrefois.
L’accrochage serré, sur deux ou trois niveaux, rappelle les présentations habituelles au XIXe siècle.
Le Salon de 1819 rassemblait plus de 1 500 œuvres, le musée Girodet en a sélectionné 83, ce qui représente un travail de recherche important.

L’artiste montargois (Girodet) avait triomphé avec Pygmalion et Galatée, tandis que son jeune rival avait dérouté le public avec Le Radeau de la Méduse. C’est pourtant bien cette toile qui est restée dans les mémoires.

Salle obscure - Mur de droite
Jean-Baptiste-Paulin Guérin dit Paulin-Guérin (1783-1855) : Portrait en pied du général Charrette, commandant en chef les armées catholiques et royales dans la Vendée. 216 x 140 cm (Louvre - en dépôt au musée de Cholet)

Nicolas-André Monsiau (1754-1837) : Alexandre visitant Diogène. 150 x 180 cm (1818 - Rouen)

Alexandre-Louis-Robert-Millin Duperreux (1764-1843) : Vue du château de Loches (Jeanne d'Arc à Loches), huile sur toile, 115,5 cm x 165,5 cm (Tours)

Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson (1767-1824) : Pygmalion amoureux de sa statue (Pygmalion et Galatée). 253 x 202 cm (Louvre)

Jean Vignaud (1775-1826) : Amphion apprend de Mercure à jouer de la lyre. 260 x 212 cm (Nîmes)

Jules-Léon Flandrin (1871-1947) (d’après Jean-Dominique Ingres) : Une Odalisque (La Grande Odalisque). 91 x 160 cm (1903 – Montauban)
Jean-Dominique Ingres (1780-1867) : La Grande Odalisque. 91 x 162 cm (1814 - original au Louvre)

Nicolas-André Monsiau : L’Admirable dévouement de M. de Belzunce, évêque de Marseille, durant la peste qui désola cette ville en 1720. 130 x 160 cm (Louvre),
Robert-Lefèvre (1756-1830) : Portrait de feu le marquis de l’Escure, général en chef des Vendéens, en 1793.  215x 150 cm, (1818 – Louvre)

Mur de gauche
Philippe-Jacques Van Brée (1786-1871) : Marie Stuart au moment où on vient la chercher pour aller à la mort. 115 x 136 cm (Louvre)
Pierre-Narcisse Guérin (1774-1833) : Portrait en pied de M. Henri de la Rochejaquelin, général vendéen.  216 x 142 cm (Louvre -  en dépôt au musée de Cholet)

François-Marius Granet (1775-1849) : Vue intérieure de l'église du couvent de San-Benedetto, près Subiaco. 163 x 193 cm (Louvre - en dépôt au musée de Dreux) - (en haut)
François-Marius Granet : Intérieur du chœur de l’église des Capucins de la place Barberini à Rome. 93,3 x 74,4cm (Lyon)

Etienne-Antoine-Joseph-Eugène Ronjat (1822-1912) d'après Théodore Géricault : Scène de naufrage (Le Radeau de la Méduse). 194 x 286 (1849 - Rochefort)
Le musée a dû se contenter d’une copie du  Radeau de la Méduse. L’original est vraiment très fragile, notamment au niveau de sa couche picturale : le bitume de Judée a tendance à remonter à la surface. Une problématique spécifique aux techniques utilisées par Géricault. Le tableau ne se déplace plus et ne devrait plus jamais être déplacé.
Théodore Géricault : Scène de naufrage (Le Radeau de la Méduse) (1819 – original au Louvre). 4,91 x 7,16 m

Louise-Marie-Jeanne Mauduit (1784-1862) : Henriette de France, reine d’Angleterre, aborde sur les côtes de France. 180 x 221 cm, (Louvre - en dépôt à la ville de Dinan)
Pierre-Henri de Valenciennes (1750-1819) : Paysage historique représentant Mithridate. 100 x 163 cm, (1819 – Toulouse)

Michel-Martin Drolling (1786-1851) : La Force. 137 x 182,5 cm (Amiens)
Charles-Guillaume-Henri-Auguste-François-Louis Steuben (1788-1856) : Portrait du général Jean-Charles Pichegru. 213,5 x 137 cm (Paris, Musée de l'Armée)


Grande salle – Mur de gauche (en vert, les toiles qui sont en haut des murs)
Pierre-François Delorme (1783-1859) : Descente de Jésus-Christ dans les limbes. 56,4 x 36,3 cm (Paris, Petit-Palais) (en haut, à gauche)
Louis-Vincent-Léon Pallière (1787-1820) : Saint Pierre guérissant un boiteux à la porte du Temple de Jérusalem. 43,5 x 30 cm (Paris, Petit-Palais). Esquisse pour le grand tableau de l'église Saint Thomas d'Aquin à Paris
Pierre-Antoine-Augustin Vafflard (1777-1837) : Saint Ambroise sauvant un prêtre arien de la fureur du peuple. 43,6 x 37,5 cm (Paris, Petit-Palais)
Jean Vignaud : La Fille de Jaïre, chef de la synagogue, ressuscitée par Jésus-Christ. 39 x 46 cm (Paris, Petit-Palais)

Alexandre-Hyacinthe Dunouy (1757-1843) : Vue prise de la côte de Pausilippe au royaume de Naples. 170 x 236 cm (Louvre - en dépôt depuis 1820 au musée de Fontainebleau)

Antoine-Pierre Mongin (1761-1827) : La Diseuse de bonne aventure. 195 x 144 cm (répétition d’un tableau original exécuté en commun avec Marie-Guillemine Benoist et exposé au Salon de 1812) (Saintes, musée de l'Echevinage) (à gauche)
Philippe Peyrane (1780-1865) : Olinde et Sophronie au tombeau de Clorinde. – (La Jérusalem délivrée). 129,7 x 97,5 cm (Clamecy) (à droite)

Abel de Pujol : La Renaissance des arts.  76,2 x 47,5 cm (Valenciennes). Esquisse pour le plafond du Grand escalier du Musée royal
Pierre-Paul Prudhon (1758-1823) : L’Assomption de la Vierge. 32,5 x 24,5 cm (Cherbourg). Modello  

Louis-François Lejeune (1776-1848) : Vue de l’attaque du grand convoi, près Salinas, en Biscaye, le 25 mai 1812. 212 x 262 cm (Versailles)

Anthelme-François Lagrénée (1775-1832) : Mademoiselle Georges dans le rôle de Camille des « Horaces », scène de l’imprécation.196 x 146 cm (Paris, Comédie Française)

Jean-Antoine Laurent (1763-1832) : Peau d'âne. 55 x 46 cm (Bourg-en-Bresse, monastère de Brou)
Jean-Baptiste Mallet (1759-1835) : La Nature et l’Honneur. 46 x 38,2 cm (Marseille)

Nicolas-Sébastien Frosté (1790-1856) : Le Bon Samaritain. 277 x 360 cm (Orléans)

Amable-Louis-Claude Pagnest (1790-1819) : Portrait de M. de Nanteuil-Lanorville.  129 x 102 cm (Louvre)

Philippe Crépin (1772-1851) : L’Entrée du môle Saint-Nicolas, île Saint-Domingue (Le Combat de la Poursuivante contre l'Hercule,1803). 195 x 190 cm (Paris, Musée  de la Marine)

Anthelme-François Lagrénée : Portrait de Mademoiselle Bourgoin, dans le rôle d’Aldéir de « Tippo-Saëb ». 206 x 146 cm (Paris, Comédie Française)

Louis Ducis (1773-1847) : Van Dyck consulte la fille qu’il aime sur le tableau qu’il vient d’ébaucher. 81 x 65,5cm (1819 - Louvre - en dépôt au musée de Limoges) (en haut, à gauche)
Louis-François Dejuinne (1786-1844) : Maison de Michel-Ange, telle qu’elle existe encore à Rome. 46 x 41 cm (Paris, coll. particulière) (en bas à gauche)
Pierre-Roch Vigneron (1789-1872) : Christophe Colomb. – Il montre les marques de ses fers à Ferdinand et à Isabelle. 129 x 161,5 cm (Libourne) (au centre)

Anthelme Trimolet (1798-1866) : Intérieur d’un laboratoire de mécanicien dans lequel sont MM. Eynard et Brun, amateurs. 53,7 x 44 cm (Lyon)
Adolphe-Eugène-Gabriel Rhoen (1780-1867) : Enthousiasme des français pour Henri IV (Translation de la statue de Henri IV devant le pavillon de Flore). 34 x 47 cm (Paris, Musée Marmottan – Monet)

Pierre-Athanase Chauvin (1774-1832) : Entrée de Charles VIII dans la ville d'Aqua-Pendente. 190 x 280 cm (Mairie d’Amboise)

Claude Bonnefond (1796-1860) : Un vieillard aveugle conduit par sa petite fille. 100 x 77,5 cm (Genève, coll. particulière)

Jean-Charles Tardieu (1765-1830) : Conversion du duc de Joyeuse. 112 x 99 cm (Meaux) (en haut, à droite)
Jean-Pierre Granger (1779-1840) : Une Jeune nymphe au milieu des amours. 96,5 x 82 cm (Louvre, en dépôt musée de Libourne) (en bas, à droite)


Mur de droite (en partant du fond)
Abel-Alexandre-Denis de Pujol dit Abel de Pujol (1785-1861) : César allant au Sénat le jour des Ides de mars. 28,4 x 37,2 cm (Valenciennes). Esquisse
Abel de Pujol : César allant au Sénat le jour des Ides de mars. 40,5 x 32 cm, (Valenciennes). Esquisse  
Abel de Pujol : La mise au Tombeau de la Vierge. 60,3 x 39,3 cm. (Valenciennes). Projet pour la cathédrale Notre-Dame

Jérôme-Martin Langlois (1779-1838) : La Générosité d’Alexandre. - Alexandre cède Campaspe, sa maîtresse, à Apelle. 259,5 x324,5 cm (Toulouse)

Louise-Marie-Jeanne Mauduit : Le Prophète Élysée ressuscitant le fils de la veuve de Sarepta. 134 x 144 cm, (Angers)

François-Jean Garnerey (1755-1837) : Place de l’Étape, à Orléans. 45 x 54,8 cm (Orléans, Hôtel Cabu)
Louis Hersent (1777-1860) : Gustave Vasa (L’abdication de Gustave Vasa). 46,3 x 55,3 cm (Paris, coll. particulière)

Jacques-Augustin-Catherine Pajou (1766-1828) : La Reine Marie-Antoinette transférée à la Conciergerie. 31 x 40 cm (Lyon, Galerie Michel Descours). Esquisse
François-Edouard Picot (1786-1868) : L’Amour et Psyché. 43 x 52 cm (Carouge)
Louise-Rose-Julie Duvidal de Montferrier (1797-1865) : Sainte Clotilde, Reine de France, demandant la guérison de son fils. 73,5 x 60 cm, (Bourg-en-Bresse – Monastère de Brou) (à droite)
François-Edouard Picot : L'Amour et Psyché. 233 x 291 cm (1817 - original au Louvre)

Jean-Victor Schnetz (1787-1870) : Le Samaritain secourant le blessé de Jéricho. 295 x 198,5 cm. (en dépôt à la cathédrale Saint-Apollinaire de Valence)


Louis-Vincent-Léon Pallière (1787-1820) : Tobie rendant la vue à son père. 86 x 108 cm (Pau)

Jean-Joseph-Xavier Bidauld (1758-1846) : Paysage historique. – Le Chevalier Bayard parts de Brescia pour aller au siège de Ravenne. 190 x 282 cm (Louvre - en dépôt au musée de Valence)

Alexandre Menjaud (1773-1832) : S. A. R. Mgr. Duc d’Angoulême reçoit chevalier de Saint-Louis un officier blessé à l’attaque du pont de la Drôme. 76,5 x 60 cm (1819 – Bordeaux)

Pierre-Nolasque Bergeret (1782-1863) : Filippo Lippi, esclave à Alger fait le portrait de son maître. 80,7 x 100,3 cm (Cherbourg) 

Guillaume Guillon-Lethière (1760-1832) : Paysage historique – La scène est près de Carthage qu’on aperçoit dans le fond du tableau. Sur le devant Énée et Didon cherchent un abri contre l’orage. 225 x 325 cm (Louvre- dépôt au musée Eugène Leroy de Tourcoing)

T.-B. Bitter (1781-1832) : La Clémence de François 1er. 180 x 152 cm (1818 - Le Mans, Musée Tessé) 
Joseph-Ferdinand Lancrenon (1794-1874) : Tobie rendant la vue à son père. 151,9 x 196 cm (1818 - Louvre, dépôt en1876 au musée de Besançon) (à droite)


Pierre-Roch Vigneron (1789-1872) : Scène d’après nature (Le Convoi du pauvre). 38 x 50,3 cm (Tarbes). Inachevée
 

Louis Hersent (1777-1860) : Portrait de Monsieur Casimir Périer avec ses enfants. 200 x 160 cm (Vizille, Musée de la Révolution française)

Une autre toile :
Pierre Bouillon (1776-1831) : Jésus-Christ ressuscitant le fils de la veuve de Naïm. 123 x 163cm (Le Mans)
François-Edouard Picot : La Mort de Saphira (1819)

Dans la bibliothèque
Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson : Portrait du docteur François Ribes. 61 x 50 cm, (1818 – Montargis)

Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson : Portrait du violoniste Alexandre Boucher (1819 - Louvre)

Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson : Un Tunisien (Un Mamelouck, Mustapha). 59 x 46 cm (1819 – Montargis)
Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson : Un Dalmate (Tydée). 61,5 x 50,5 cm (1819 - Le Havre)


Au rez-de-chaussée - Salle des Girodet - collections permanentes
Les œuvres de Girodet ont été reproduites dans ce même blog dans le billet consacré au musée Girodet
Girodet : Portrait de Louis Hector Becquerel de la Chevrotière (c. 1820)
 
Girodet : Homme méditant sur la Mort (dépôt du musée de Carcassonne)

François-Louis Dejuinne (1786-1844) : Girodet peignant "Galatée" (1821 - Montargis)



D'autres œuvres du Salon de 1819 :
Louis-Léopold Boilly (1761-1845) : L’Entrée du Théâtre (Salon de 1819 – Louvre). 66 x 80 cm. Cette œuvre n’est pas présentée à Montargis

Pierre Révoil (1776-1842) : Jeanne d’Arc prisonnière à Rouen. 137 x 174 cm (Salon de 1819 – Lyon). Cette œuvre n’est pas présentée à Montargis
Horace Vernet : La Mort du Prince Poniatowski à la bataille de Leipzig, en 1813 (Salon de 1819). Cette œuvre n’est pas présentée à Montargis

Horace Vernet : Le Massacre des Mamelouks à la citadelle du Caire, en 1811 (Salon de 1819 - Amiens). Cette œuvre n’est pas présentée à Montargis

Pierre-Jérôme Lordon (1780-1838) : L’Arrestation de St Marc (Salon de 1819 - Libourne). 465 x 371 cm. Cette œuvre n’est pas présentée à Montargis