jeudi 20 septembre 2018

BORDEAUX - cathédrale


 
Cathédrale St André (nef)


Jacob Jordaens (1593-1678) : Christ en croix. Influence de Rubens (Voir "Le Christ entre les deux larrons" de Rubens, musée des Augustins, Toulouse), et de Michel-Ange. Position inhabituelle de Jésus : bras tendus vers le ciel. La position de Jésus annonce son élévation future (position dite « janséniste »). Elan vers le ciel, mais le mouvement ascensionnel est contredit par la proximité des personnages qui l'entourent, et qui semblent le retenir sur terre ; il paraît avoir du mal à "décoller" du monde terrestre. Il est encadré par les deux larrons ; à gauche, le "bon" larron, vu de face se tend vers Jésus ; à droite, le "mauvais" larron, montre son dos musculeux au spectateur. Dans la partie supérieure, des éclairs jaillissent d'une trouée de lumière, autour d'un morceau de tissu fixé sur la croix où le texte est écrit en hébreux, en grec et en latin. En bas à droite, St Jean l'Evangéliste, vêtu de rouge, regarde Jésus, et Marie. A gauche, un cavalier s'apprête à percer le flanc de Jésus d'un coup de lance, et un homme présente l'éponge imbibée de vinaigre à l'extrémité de sa lance ; les deux lances sont parallèles. Au centre, Marie Madeleine agenouillée au pied de la croix (au premier plan, un crâne et deux os en croix, et en bas à droite, un régime de bananes ?).

Gérard Honthorst - Gerrit van Honthorst (1590-1656) : Jésus devant Caïphe.
Clair obscur. Caïphe est assis à gauche ; Jésus, debout à droite, est vêtu de blanc (partie supérieure rouge) ; au centre de la toile, une bougie allumée. (Même composition à la National Gallery, Londres )

Alessandro Turchi, dit Alexandre Véronèse, dit l'Orbetto (1582-1648) : Résurrection de Jésus.
Claude Guy Hallé (1651-1736) : La Cène. Au premier plan à droite, de dos, Judas.
Copie agrandie d'une œuvre de Simon Vouet.

Houderon : Saint Blaise guérissant les malades, avec St Augustin (à gauche) et St Macaire (à droite).

Luis Pascual Gaudin (1556-1621) : Le Christ portant sa croix.
Charles-Emile Jardin : Résurrection de Lazare (1877). Traité en brutal clair obscur. Impressionnant. Composition originale en zigzag. 

Nicolas Mignard (1606-68) : La Vierge remettant le scapulaire à saint Simon Stock (1644). Frère de Pierre Mignard (une autre version à Avignon)




Trésor du chanoine Marcadé

Visite de la collection du Chanoine Marcadé le mercredi 29 septembre 2018
A la Révolution, les biens du clergé sont confisqués, vidant ainsi les cathédrales de la quasi-totalité de leurs objets, en particulier les pièces d’orfèvrerie.
A l’aube du XXe siècle, un Bordelais passionné d’art, Barthélémy Marcadé (1866-1951), constitue durant son sacerdoce parisien, une importante collection d’objets liturgiques. Il la présente à partir de 1936 dans la sacristie de l’église Sainte Elisabeth de Hongrie dont il a la charge.
Il achète pendant une cinquantaine d’années, à des antiquaires parisiens, tableaux, statues, enluminures, objets et vêtements liturgiques, datant du XIIIe au XVIIe siècles.
A sa retraite, en 1947, il se retire dans sa région d’origine et fait do de sa collection à l’Etat. Celle-ci est installée la même année en la cathédrale Saint-André de Bordeaux, dans l’ancienne sacristie construite au XIXe siècle. Pour des raisons de sécurité et de conservation des œuvres, cette salle est fermée aux visiteurs.
L’importante campagne de restauration de la salle Marcadé et de l’ensemble de la collection menée par le ministère de la culture en 2014 et 2015 permet d’exposer à nouveau le trésor du chanoine Marcadé enrichi de quelques œuvres de la cathédrale.


Rembrandt Harmenszoon van Rijn (1606-69) : Crucifixion. Dépôt de l’église du Mas d’Agenais

Entourage de Jacopo Zucchi : Allégorie de la Passion et 3 vertus

Jan Gossaert, dit Mabuse : Vierge à l’enfant avec Ste Catherine d’Alexandrie, St Jean-Baptiste et deux donateurs

Vincent Plassard (1642) : Les Miraculés de Chalon-sur-Saône

Ec. italienne (fin 14e) : Saint Chevalier martyr

Roberto d’Oderisio (14e) : Présentation de la Vierge au Temple

Scolaio de Giovanni : Vierge à l’enfant avec St Julien et St Antoine abbé

Entourage d’Ambrogio de Fossano (1453-1523) : Flagellation

Maître de Roncajette : Le Mariage mystique de ste Catherine d’Alexandrie

Entourage du Pseudo Giovenone (début 16e) : St Sébastien

Anonyme (17e) : St Michel terrassant le Dragon. Sculpture bois

Anonyme (14e) : Vierge à l’enfant (en haut)
Apollonio di Giovanni (15e) : Crucifixion (rn bas à gauche)
Maître du polyptique Sta Maria à Syracuse : Vierge de l’humilité entre deux anges musiciens

Maître de Jativa (Attr.) : St J-Baptiste – St Louis d’Anjou (fin 15e-début16e)

Entourage d’Antonio Vazquez : La Messe de St Grégoire. Triptyque

Ec. espagnole (16e) : La Circoncision – Le baptême du Christ – La Crucifixion

Lucas d’Heere (1534-84) : Descente de Croix

Juan Correa de Vivar (1510-66) : Le Christ au Jardin des Oliviers. Pierre et Jacques le Majeur sont endormis, Jean s’éveille, ébloui par la scène qu’il observe ; Judas apparaît à l’arrière plan

Jan Sanders van Hemessen (1510-63) : Martyre de St André

Bonifacio de’Pitati, dit Bonifacio Veronese (1487-1553) : Le Repos pendant la Fuite en Egypte

Ec. flamande (fin 15e) : Coffre reliquaire orné des apôtres

Et de nombreuses pièces d’orfèvrerie et vêtements liturgiques 






mardi 11 septembre 2018

FONTENAY-le-Comte


Musée vendéen
(département : Vendée – 85)

Le musée fut créé en 1875 à partir du legs effectué par Eugène de Mouillebert, lequel cédait à la ville sa collection de gravures, dessins, peintures et objets d'art. Ce n'est qu'en 1924, à la suite de deux nouveaux legs que le musée est réellement organisé.
Aujourd'hui, le musée, situé dans l'ancien presbytère de l'église Notre-Dame, est consacré à la conservation et la mise en valeur du patrimoine du Sud-Vendée.
Le rez-de-chaussée abrite les collections archéologiques en particulier un ensemble de verreries gallo-romaines datant du IIe siècle après Jésus-Christ qui est probablement l'un des plus riches de France, et le fameux tombeau de la "femme artiste" daté du IIe siècle.
Le premier étage est réservé aux collections ethnologiques (les différentes formes d'habitat, la chasse, la pêche, l'agriculture, l'artisanat du bois avec le mobilier vendéen, le costume régional à travers les coiffes et les bijoux, la collection ornithologique du Docteur Guérin).
Enfin, le dernier niveau possède une galerie des Beaux Arts consacrée aux artistes vendéens du XIXe au XXe siècle, une salle sur les illustres de Fontenay (François Viète, Nicolas Rapin, André Tiraqueau...) ainsi qu'un espace sur l'histoire de Fontenay-le-Comte avec en particulier la maquette de la vieille ville en 1720.

Rez-de-chaussée
Salle d’archéologie
Tombeau d’une femme (IIe s.)

Verres globulaires provenant d’ateliers rhénans (fin IIe – IIIe siècles)

Entrée
Henry Simon : Les Jupons bleus (1931). Et 2 autres oeuvres


Premier étage – ethnographie régionale
Maquette de Fontenay-le-Comte 

Frères J. Martel (1896-1966) : L’Olonnaise. Plâtre
Félix Renaux : Portrait de la mère de l’artiste (1907)

Florent Tessier : Femme au crochet

Edouard Louis Gaborit : Portrait de la mère de l’artiste (1880)

Charles Milcendeau (1872-1919) : Autoportrait

Charles Milcendeau : Avant la Grêle - et dessins

Auguste Lepère : Vue de Paris, gargouille de Notre-Dame

Emile Boutin (1874-1951) : Le Petit Déjeuner

Henri-Arthur Bonnefoy (1839-1917) : Nature morte au Bouquet (au centre)


Deuxième étage
Copie de Nicolas Poussin : Bacchanale (1874)

Paul Baudry (1828-86) : La Faunesse (1870)

Frères J. Martel (1896-1966) : La Femme des Clouzeaux. Sculpture préparatoire au monument aux morts des Clouzeaux
Frères J. Martel : L’Accordéoniste

Arthur Guéniot (1886-1951) : François Viète. Juriste et mathématicien (plâtre)

Paul Dubois (1829-1905) : Buste de Paul Baudry. bronze

Philippe Lapenne : Portrait d’Arsène Charier. Architecte et Maire de la ville

Paul Baudry : Hébé. Etude préparatoire pour les décors de l’opéra de Paris

Atel. des Francken (17e) : Le Festin de Balthazar

Ec. italienne (17e) : Paysage

Henri-Joseph de Forestier (1787-1872) : Grand Prix de Rome en 1813. Hercule combattant le serpent (1867). Hercule combattit Achéloüs métamorphosé en serpent

Paul Baudry : Danaé, d’après Le Corrège

Raveau : Buste de Diane. Bronze

Ferdinand Birotheau (1819-92) : Portrait de Gabriel Espierre (1949). Avocat
Ferdinand Birotheau : Portrait de Mme Espierre (1951)

Anonyme (18e) : Portrait de Mme Bussole d’Amboise

Paul Baudry : Portrait présumé de Mme Villeroy (1884)

Paul Baudry : L’enfant Jésus et la Vierge. Toile inspirée de Raphaël. Inachevée

Paul Baudry : Portrait de Jane Essler (1862)

Paul Baudry : Portrait d’homme (1855)

Thomas Couture (1815-79) : Portrait d’Eugène de Mouillebert (1834)

Jules Robuchon : Buste d’Eugène de Mouillebert. Plâtre

Gaston Chaissac (1910-64) : Yvon le Baugeur

Paul Baudry : Diane chassant l’Amour (1879)

Giulio Romano : Bacchanale monstrueuse. Estampe



Exposition temporaire : « Cabinet de curiosités »

David Roberts (1796-1864) : Ruines africaines

Galopin (19e) : Cavaliers arabes et dessin

Florent Tessier : Fantasia arabe (1880)

Au deuxième étage, une autre salle évoque aussi un cabinet de curiosités. Nombreux dessins de la collection Mouillebert