jeudi 31 mai 2018

ORLEANS - MBA 3 - 18e


Vendredi 14 mai 2018 - Inauguration des salles du XVIIIe siècle 


Musée des Beaux-Arts d'Orléans - 3


Sur le palier du premier étage
Cabinet de dessins
Giambattista Tiepolo 

Laurent Blanchard 

J-Guillaume Moitte : Homme drapé, vu de face (1772)

Hubert Robert : Intérieur du Colisée

entourage de Mengs : Guerrier nu
- Hugues Taraval - Jean-Simon Berthélemy - Charles-Joseph Natoire - François-André Vincent - Francesco Lamarra - Andrea Appiani - etc.


Guy Noël Aubry : Portrait de Philippe, duc d’Orléans et Régent (1749)

Léon Cogniet : Mme Adelaïde, princesse d’Orléans, sœur du roi Louis-Philippe

Laurent Blanchard (1762-1819) : Portrait de Madame de Saint-Amand 


Salle 11 – A la cour de Louis XIV
Charles de La Fosse (1636-1716) Le Christ en croix (c. 1680)

Claude-Guy Hallé (1652-1736) : L'Adoration des Mages (1701)

Hyacinthe Rigaud (1659-1743) : Portrait d’Augustin Maupeau (1710-11)

Atel. de Hyacinthe Rigaud : Portrait d’Homme (1705-10)

Nicolas Fouché (1653-1733) : Portrait de Charlotte de Lorraine (c. 1695)

Jacob van Loo (1614-70) : Portrait de femme en sainte Catherine d’Alexandrie. Attributs de Catherine ajoutés postérieurement
Charles et Henri Beaubrun (17e) : Portrait d’Anne-Marie Louise d’Orléans, duchesse de Montpensier, dite La Grande Mademoiselle devant Orléans. En déesse guerrière, Bellone (1652)

J-Baptiste Poultier (1653-1719) : Louis XIV de profil (1683-85). Bas-reliefs en marbre 
François Fontenelle : Portrait d’Homme de profil (1686-88). Bas-reliefs en marbre 

Nicolas de Largillierre (1656-1746) : Portrait de Joseph Lainé de Sainte-Marie (c. 1710). Conseiller du roi, trésorier de France au bureau des finances de la généralité d'Orléans.

Atel. de Hyacinthe Rigaud : Portrait de Louis XIV en costume de sacre (1701). Format réduit

Pierre Ernou (1665-1739) : Portrait d’un Gentilhomme

D’apr. René-Antoine Houasse : L’Horreur ou Tombeau violé par un Soldat (c. 1677)

Noël Coypel (1628-1707) : Psyché admise dans l’Olympe – Les Noces de Psyché. Copie des fresques de Raphaël au plafond de la villa Farnesine


Salle 12 – Fin du règne de Louis XIV
 
Etienne Allegrain (1644-1736) : Paysage à la Charrette de foin (c. 1700)

Anonyme France : Portrait d’un Gentilhomme (1705-15)

Gabriel Pérelle (1604-77) : Paysage au Pêcheur

Anonyme (Italie ?) : Portrait d’un Homme assis (c. 1700)

J-Baptiste Santerre (1651-1717) : Les Curieuses (1704)

François Desportes (1661-1743) : 2 études d’animaux et une étude de melons et jambons (fin 17e - à gauche) 

D’apr. Melchior de Hondecoeter (1636-95) : Paon, canard, tadorne de Belon, poule et coq dans un parc
François Desportes : 3 petits paysages (à droite)

Nicolas de Largillierre : Autoportrait (c. 1726-29)

Antoine Monnoyer (1671-1747) : Corbeille remplie de fleurs dans un paysage (c. 1730-35)

François Jouvenet (1664-1749) : Portrait de Femme (1696)

François de Troy (1679-1752) : Anne-Louise Bénédicte de Bourbon-Condé, duchesse du Maine

J-Baptiste Santerre et atel. : Allégorie de la Peinture (c. 1704 - à gauche)
Anonyme France : Portrait d’un sculpteur (1710-20)

Atel. Pierre Gobert (1662-1744) : Portrait d’une Princesse cueillant des fleurs à un Oranger (1690-1700)


Salle 13 – De la Régence du duc d’Orléans à Louis XV, la légèreté retrouvée
Nicolas de Largillierre : Sainte Femme au pied de la croix (c. 1700)

Pierre-Jacques Cazes (1676-1754) : Le Sacrifice de Polyxène (c. 1715-34)

Henri-Antoine de Favanne (1668-1752) : La Chute de Phaëton (1713-16). Etude pour le plafond du château de Chanteloup

Alexis Grimou (1678-1733) : Tête de jeune garçon (c. 1715 - à gauche)
Alexis Grimou : Portrait du peintre orléanais Jacques Dominé (c. 1710). Ex-collection Aignan-Thomas Desfriches
Alexis Grimou : Jeune homme en cuirasse (1728)

Anonyme France (18e) : Le Goûter de Chasse

Nicolas Bertin (18e) : Abigaïl, femme de Nabal, fait apporter des vivres au roi David (1710-20)

J-François de Troy : Loth et ses Filles (1727)

Charles de La Fosse (1636-1716) : Jacob demande à Laban la main de Rachel (1715)

Nicolas de Largillierre : Portrait de femme en robe bleue (1729). Femme mûre, replète, assez disgracieuse. Manteau bleu brodé d'or, chemise blanche à dentelles. Tenue volontairement négligée.

J-François Delyen (1684-1761) : Portrait de femme en Source (1742)

Robert Levrac-Tournières (1667-1752) : Portrait de M. Grégoire de Geniez (1734)

En haut : Jean Restout (1692-1768) : Abdolonyme travaillant dans son jardin (1737). Un envoyé d'Alexandre vient le chercher pour lui offrir la couronne royale
Jean Restout : Abdolonyme paraissant devant Alexandre (1737). Récit tiré de l'historien Quinte-Curce. Abdolonyme, descenndant des rois de Sidon, réduit à l'état misérable de jardinier, fut choisi par Alexandre pour recevoir la couronne de ses ancêtres ( en 332 avt J-C)

En bas (de gauche à droite) :

D’apr. Jean Restout : Jésus au jardin des Oliviers (1730-40)

Louis Galloche (1670-1761) : Coriolan dans le camp des Volsques (1747)

Attr. à Auger Lucas (1685-1765) : Vénus et l’Amour dans la forge de Vulcain (1720)
Charles de La Fosse : 2 petites toiles
-Daphné fuyant les poursuites d’Apollon
-Pan et Syrinx (1700-15) 



Salle 14 – L’Italie au XVIIIe

Attr. à Felice Boselli (1650-1732)) : Trophée de chasse avec 2 chiens, un lièvre et oiseaux



Pompeo Batoni (1708-87) : Cérès-Automne (acquis en 2018) – Vulcain-Hiver – Bacchus-Eté (acquis en 2018



Felice Giani (1758-1823) : Phaebus confiant le char du soleil à Phaëton 
-La Providence divine avec la Justice, l’Abondance et deux génies



Jean Barbault (1718-62) : La Fille dotée – Chevau-léger (c. 1750)



Sebastiano Ricci (1659-1734) : Vénus et Adonis (1706-07)



Pierre Subleyras (1699-1749) : Un Diacre portant un chandelier – Un Diacre portant un calice (c. 1743). Deux études symétriques pour "La Messe de St Basile", de l'église Santa Maria degli Angeli, à Rome

Anonyme Italie : La Charité romaine (c. 1700)



Anonyme Italie : Le Massacre des Innocents (1707). Terre cuite 



15 - Vue sur le cabinet des pastels
Le cabinet des pastels du musée des Beaux-Arts d'Orléans a la réputation d'être le plus riche de France après le Louvre. Cependant le musée de Saint-Quentin expose plus de 90 pastels, mais ce sont essentiellement des oeuvres de Maurice Quentin de la Tour. 
A Orléans, 29 pastels sont exposés dans un espace en "L". Deux d'entre eux sont des paysages.


Maurice Quentin de La Tour ou Delatour (1704-88) : Portrait d’un jeune Noir (1747)

J-Baptiste Perronneau (1715-83) : Portrait d’une Femme en Robe bleue et son serviteur (1746). Acquis en 2017
J-Baptiste Perronneau : Portrait supposé d’une Comédienne (1746). 



Jean Valade (1710-87) : Portrait de Louis- Gabrielle Valade, épouse de l’artiste (c. 1750) 
Jean Valade : Portrait de Mgr Etienne Rémond (1755)

Joseph Ducreux (1735-1802) : Portrait d’une fillette (1795-1800)

J-Baptiste Perronneau : Esquisse du portrait d’une Femme, inachevé (1765-66)



Maurice Quentin de La Tour ou Delatour : Portrait de Louis Sylvestre (1753). Etude



Jean Pillement (1728-1808) : Vache et moutons dans un paysage – Vache, chèvres et moutons (1780)



J-Baptiste Perronneau : Portrait de Pierre-Clément Raguenet, échevin d'Orléans (1764-65) (à droite)

Maurice Quentin de La Tour ou Delatour : Portrait supposé de l’abbé Reglet (c. 1769)

Maurice Quentin de La Tour ou Delatour : Portrait de Mme Restout en coiffure (Salon de 1738 - Legs 2010). Mme Restout, née Marianne Hallé, soeur du peintre Noël Hallé, a épousé le peintre Jean Restout en 1729.
Legs de Mme Henriette Laurent-Valois, descendante de la dynastie des Hallé. Ce magnifique pastel, qui est toujours resté dans la famille Hallé, a rejoint les nombreuses oeuvres des Hallé et de Jean Restout, présentes sur les cimaises du musée. cCette oeuvre est certainement l'un des plus beaux pastels de la collection orléanaise.



Maurice Quentin de La Tour ou Delatour : Portrait de Mme Louis-Claude Fuet, née Anne-Marguerite Provenchère (1766) (à droite)

J-Baptiste Siméon Chardin (1699-1779) : Autoportrait aux bésicles (1773). Un autre exemplaire au Louvre



Charles-Antoine Coypel (1694-1752) : Autoportrait (1739). Le peintre porte un béret lie de vin, et une veste à brandebourgs avec un col de fourrure. Il tient un carton à dessins fermé par un ruban bleu.


J-Baptiste Perronneau : Le Réveil ou Le Matin, ou Mme Perronneau en Aurore (1766-67)
J-Baptiste Perronneau : Portrait de Pierre Honoré de Robbé de Beauveset (1759)

J-Baptiste Perronneau : Portrait d’Aignan-Thomas Desfriches (1751). Acquis en 2016 pour 415 000€

J-Baptiste Perronneau : Portrait de Mme Desfriches (1751). Epouse de l’artiste. Acquis en 2017 pour 32 000€

J-Baptiste Perronneau : Portrait de Perpétue-Félicité Desfriches (1768). Fille de l’artiste

J-Baptiste Perronneau : Portrait de Mme Desfriches, née Catherine Boiliève (1744). Mère de l’artiste

J-Baptiste Perronneau : Portrait de Hubert Drouais, peintre de l’Académie royale de peinture et de Sculpture (1754). Il tient un carton à dessins.

J-Baptiste Perronneau : Portrait de Mme Tourolle, née Madeleine Nérot (1743)

J-Baptiste Perronneau : Portrait de Joseph Thérèse Michel de Grilleau (Musées Nationaux Récupération)
J-Baptiste Perronneau : Portrait de Mme Elisabeth Victoire Michel de Grilleau (1751) (MNR)

J-Baptiste Perronneau : Portrait d’Anne Catherine Chevotet, née Rémond (1751)
J-Baptiste Perronneau : Portrait de Jean-Michel Chevotet, architecte du roi
J-Baptiste Perronneau : Portrait de Félicité Pinchinat en Diane (Salon de 1768). Future épouse du Maire d'Orléans

Jean-Marc Nattier (1685-1766) : Tête de jeune Fille (non exposé)

J-Baptiste Pigalle (1714-85) : Portrait en buste d’Aignan-Thomas Desfriches (1760). Terre cuite
J-Baptiste Pigalle : Portrait de Paul Zaigre, homme de confiance de Desfriches (1760). Terre cuite






16-1 – Un art de Cour sous Louis XV et la Pompadour 
Au centre de la salle, une rotonde est divisée en trois espaces qui permettent de présenter des meubles et objets d'arts décoratifs (argenterie et porcelaines) "en situation"

Es 2 - E. Pottier : Portrait de Louis-Henriette de Bourbon-Conti, duchesse d'Orléans (c. 1759)



Espace 3 - J.-Baptiste Greuze (1725-1805) : Portrait de M. Léger de Sorber, chirurgien major
J.-Baptiste Greuze (1725-1805) : Portrait de Mme Marie-Anne Léger de Sorber. Extraordinaire de sensibilité et de délicatesse. Elle est vêtue de soie bleue à bordure de fourrure brune ; l'ovale du visage est souligné par un tissu noir. 
Claude-Joseph Vernet (1714-89) : Vue des cascatelles de Tivoli - Les Femmes à la pêche. Paysage "romantique".


Louis Tocqué (1696-1772) : Portrait du marquis Nicolas de Luker (1749). Elégant


D’après J-Baptiste Oudry, par Bachelier : La Lice et ses petits (1755-60). L’original est au musée de la Chasse et de la Nature à Paris. Une lice est une chienne de chasse sélectionnée pour la reproduction. Bel éclairage sur la tête de la chienne. Répartition originale des zones de lumière sur les 6 petits enchevêtrés. Charmante composition traitée dans un camaïeu de blanc, gris et brun.  


Louis-Michel Van Loo (1707-71) : Portrait du marquis Edouard Jean de Luker (1756) 

 
Atel. J-Marc Nattier : Portrait de Henriette de France, en Flore (1742)

 
François-Hubert Drouais (1727-75) : Portrait de la marquise de Pompadour (1763). Étude du portrait en pied de la National Gallery de Londres

 
J-Honoré Fragonard (1732-1806) : Jeune femme tenant un enfant (1763-65) 

 
Charles-Joseph Natoire (1700-77) : Apôtre ou tête de Vieillard (1745-50)

 
Un mur couvert d’œuvres de François Boucher (1703-70) : Ensemble de 6 projets pour dossiers de fauteuils (dépôt du Mobilier national) :

-La petite Danseuse – Le petit Pêcheur – La Fillette à la Cage

-Le Dresseur de chien – La petite Jardinière – La petite Oiselière

 
François Boucher : Le Pigeonnier, dit aussi Le Moulin de Charenton (1750-60)




16-2 – L’Orléans des Lumières 
Charles-Joseph Natoire : Entrée Solennelle de Mgr de Pâris à Orléans en 1734 (c. 1745). Esquisse du tableau monumental présenté au Salon de 1745. 
Le grand tableau est actuellement dans l'escalier de l’ancien palais épiscopal


Charles-Joseph Natoire : Portrait de Mgr Nicolas-Joseph de Pâris, évêque d’Orléans (1746)


Donatien Nonotte (1708-85) : Portrait de Jacques Hupeau, architecte du Pont royal à Orléans, et de sa famille (c. 1760) 

J-Baptiste Perronneau : Portrait de Charles-François Tassin, seigneur de Charsonville(1766)

 
J-Baptiste Perronneau (1715-83) : Portrait de Robert Soyer (1765). Directeur des travaux du Pont Royal. Habit rosé doublé de fourrure. Acheté 100F à M.Lartheau, juge de paix, et reçu au musée en 1883. La mère de M. Lartheau, épicière à Neuville-aux-Bois, l'avait acheté 3F à un marchand du Portireau.

  
Simon-Bernard Lenoir : Portrait du Juriste Robert-Joseph Pothier (c. 1760-70)

 
Donatien Nonotte : Portrait du graveur orléanais Jean Moyreau (1742). veste grise sur chemise blanche à dentelles. Négligé élégant. Le graveur est représenté entouré des attributs de son art


J-Baptiste Perronneau : Portrait supposé de Félix Lenormant de Mailly, en chasseur (1747)
J-Baptiste Perronneau : Portrait du Juriste Daniel Jousse, conseiller au prédidial d’Orléans (c. 1755) 

Donatien Nonotte : Portrait d’Aignan-Thomas Desfriches (1739)

Juin 2018 - Une récente acquisition :
J-Baptiste Perronneau : Portrait d'un Homme en habit de drap bleu galonné d'or (1765). Acquis en 2018 pour 21 000€




17 – Chez Aignan-Thomas Desfriches à la Cartaudière 
Aignan-Thomas Desfriches (1715-1800) : Ensemble de 5 toiles qui décoraient la maison de campagne de Desfriches appelée « La Cartaudière » 
-Famille auprès des ruines de l’abbaye de Micy
-Eglise de la Chapelle-Saint-Mesmin



18 - Vers un retour à l’Antique : Les arts sous Louis XV et Louis XVI

Jean Bardin (1732-1809) : Tullia faisant passer son char sur le corps de son père mort (1765). Esquisse. 
Le tableau final, de grand format, est au musée de Mainz (Mayence). 114 x 145 cm

J-Baptiste Marie Pierre (1714-89) : Pollux implorant Zeus de conférer l’immortalité à Castor, dit aussi Un Héro accueilli dans l’Olympe (1765)

J-Baptiste Marie Pierre : La Résurrection du Christ (1759). Esquisse du tableau exposé dans la salle des grands formats. Acquis en 2018 - don de la galerie Christophe de Quénétain

Jean Bardin : Mars sortant des bras de Vénus pour aller à Troie (1782). Tableau final (2,42 x 1,78 m) et esquisse préparatoire

Claude Joseph Vernet (1714-89) : Paysage rocheux avec une Tour (1745-53)

Charles-François Grenier de La Croix, dit Lacroix de Marseille : Marine, Vue d'un port de la Méditerranée (1760-70)

Charles-André Van Loo (1705-65) : La Mise au Tombeau (c. 1760). Grisaille

J-Jacques Bachelier (1724-1806) : Bacchus ivre (1765). Acquis en 2018

François-Guillaume Ménageot (1744-1816) : Les Adieux de Polyxène à Hécube (1777). Dépôt du musée de Chartres

Louis J-Jacques Durameau (1733-96) : Judas (1766-67)
Joseph-Marie Vien (1716-1809) : L’Ermite endormi (1750). Etude

Januarius Johann Rosso Zick (1730-97) : Le Prophète Elisée à genoux, invoquant le Seigneur pour la Résurrection du fils de la Sunamite (à gauche)
-Jésus guérissant la belle-mère de Simon (1770-80)

Charles Charpentier : La Fruitière (1770). Dépôt du musée de Chartres

Nicolas-Bernard Lépicié (1735-84) : La Piété de Fabius Dorso (1781). Dépôt du musée de Chartres

Anonyme France : Tête de Vieillard (1750-60)
Marie-Victoire Lemoine (1754-1820) : Autoportrait, allégorie de la Peinture (1785)

Joseph Siffrein Duplessis (1725-1802) : Portrait du Compositeur Michel-Paul Guillaume de Chabanon (1785)

Claude-Louis Chatelet (1753-95) : Une Cascade (1778-80)

Elisabeth-Louise Vigée-Lebrun (1755-1842) : Portrait de Mme Lesould (1750)

Marianne Loir (1715-69) : Portrait d’Homme (c. 1760)

Anonyme France : Portrait de Louis François de Jarente d’Orgeval (1779)

Hubert Robert (1733-1808) : Paysage avec une Tour en ruine (c. 1780)

Johann-Ernst Heinsius (1731-94) : Portrait de M. de La Rivière, Intendant des armées navales, en chasseur
-Portrait de Mme de La Rivière en Diane chasseresse (1779) 
Jan van Os : Nature morte aux Fleurs et aux Fruits (1774)

Hubert Robert : Les Lavandières dans les jardins d’une villa italienne (1760)

Philippe-Jacques Loutherbourg (1740-1812) : Berger gardant ses Moutons (1760-65)
J-Baptiste Huet (1745-1811) : Berger et son chien devant des Ruines (1775)

Au centre de la salle, un ensemble de sculptures :
J-Antoine Houdon (1741-1828) : Buste du marquis Hué de Miromesnil (1775). Plâtre patiné
Au centre de la salle – quatre bustes par Houdon : 
-Voltaire - Molière
-La Fontaine - J-Jacques Rousseau

J-Joseph Foucou (1739-1821) : Bacchante portant un Satyre enfant sur l’épaule. Terre cuite. Le marbre est au musée Cognac-Jay, à Paris.
Et d’autres petites terres cuites (Pigalle, etc.)





Salle 19 – Les années de la Révolution
 
Pierre-Paul Prud’hon : Portrait de Louis-Antoine Lavallée. Secrétaire général du Muséum central des Arts et Napoléon (anciens noms du Louvre). Collaborateur de D. Vivant Denon




Robert Lefèvre (1756-1830) : Portrait du peintre Pierre-Narcisse Guérin (Salon de 1801). Jeune Homme mince, très élégant, en redingote

J-Pierre Granger (1779-1840) : Grand Prix de Rome en 1800. Portrait de J-Charles Auguste Simon(1805-06)


Anonyme France : Portrait de femme, dit Portrait de la Gouvernante des enfants (c. 1750)



Anonyme : Portrait du jeune Allon en costume de sans-culotte, à 19 ans (1792-93)
 
Alexander Roslin (1718-93) : Portrait de Louis Jean-Marie Daubenton(1791)
Jacques Réattu (1760-1833) : Autoportrait supposé du peintre(1790-95)

Nicolas-Antoine Taunay : Le Bivouac révolutionnaire (c. 1790)
Laurent Blanchard (1762-1819) : Le Mariage d’Hercule et Hébé (Salon de 1804). Hébé, fille de Jupiter, était son 'échanson avant que Ganymède prenne sa place


Guillaume Guillon-Lethière : Brutus condamne ses fils à mort (1811). Esquisse (en haut, à gauche) 
Guillaume Guillon-Lethière : La Mort de Virginie (début 19e). Esquisse (en bas, à gauche) 
Pierre-Narcisse Guérin (1774-1833) : Grand Prix de Rome en 1797. L’Offrande à Esculape (1803). Esquisse du tableau définitif du musée d'Arras 
Anonyme France : Scène de Siège dans l’Antiquité (c. 1795). Esquisse  
Pierre-Narcisse Guérin : L'offrande à Esculape (musée d'Arras)



J-Germain Drouais (1763-88) : Philoctète sur l’île de Lemnos (1788). Dépôt du musée de Chartres.Grand Prix de Rome 1784
Dernière œuvre peinte. Seul Philoctète, ami d’Hercule, a eu le courage d’allumer le bûcher funéraire du héros, mettant fin à ses souffrances. Hercule lui lègue ses flèches. L’une d’elles blessera Philoctète, provoquant un ulcère. Embarqué avec ses compagnons pour la Guerre de Troie, Philoctète, blessé, les importune par ses cris. De plus, la blessure dégage une puanteur intolérable. Ulysse décide ses compagnons à l’abandonner dans l’île de Lemnos, où il restera dix ans. Les grands héros sont morts et la Guerre de Troie s’éternise. L’oracle a annoncé qu’elle ne pourrait se conclure sans les flèches d’Hercule. Ulysse et le fils d’Achille, Néoptolème, se rendent sur l’île et persuadent Philoctète de les accompagner, sinon, ils lui voleront ses flèches. Philoctète cède à la menace, il y gagnera d’être guéri par un médecin. C’est lui qui tuera Pâris.

 



Pierre-Narcisse Guérin : Phèdre et Hippolyte (c. 1802). Esquisse - Tableau final au Louvre 
Pierre-Narcisse Guérin : Phèdre et Hippolyte (1802 - musée du Louvre)

 
Pierre-Narcisse Guérin : Orphée pleurant sur le tombeau d’Eurydice (1798-1800)

 
Jacques Gamelin : Le Supplice d’une Vestale (c. 1798). Esquisse 
Jacques Gamelin : Andromaque pleurant sur les cendres d’Hector (c. 1798). Esquisse

Des petits formats et miniatures dans deux vitrines
Fulchran-Jean Harriet (1778-1805) : Portrait d’un jeune garçon tenant un cerceau (1797)



Martin Drölling : La Femme et la Souris (1798) (en haut) 
Martin Drölling : Intérieur de Cuisine (1798)



Martin Drölling : Portrait de Michel Belot, beau-père de l’artiste (1791) (à gauche) 
Martin Drölling : Autoportrait de l’artiste (c. 1800) 
Martin Drölling : Portrait de Louise-Elisabeth Drölling, née Belot, épouse du peintre (c. 1785)





Salle 20 – Les arts sous le 1er Empire

Anonyme : Buste d’Homme (1815-20). Marbre 
Léon Cogniet (1794-1880) : Nymphe chasseresse (1819)
Léon Cogniet : Briséis pleurant Patrocle (1815). Deuxième prix de Rome en 1815.
Début de « L'Iliade » : Pour se dédommager de la perte de Chryséis, Agamemnon s'empare d'une autre captive troyenne, Briséis, chère à Achille. Furieux, Achille se retire sous sa tente, et refuse de combattre. Les Grecs sont en danger. Agamemnon envoie des présents à Achille, et propose de lui rendre Briséis, sans succès. Patrocle, cousin d'Achille, lui demande de le laisser combattre. Il prend les armes d'Achille. Imprudent, il poursuit les Troyens et tombe sous les coups d'Hector. Briséis pleure sur le corps de Patrocle. Achille décide reprendre le combat.
Ce tableau est resté inachevé sans doute en raison des évènements politiques ; le concours a eu lieu pendant les « Cent jours »…
Le tableau présenté en 1816 au Grand Prix de Rome se trouve au musée de Fécamp : « Oenone refusant de soigner Pâris ».
Cogniet a enfin été lauréat du Grand Prix, en 1817 : « Hélène délivrée par Castor et Pollux » (ENSBA)



Léon Cogniet : Caracalla veut tuer son Frère Geta. Esquisse 
Léon Cogniet : Polyxène, fille d’Hécube, doit être immolée sur le tombeau d’Achille (1812-15). Esquisse



J-Philibert Dumet : Ulysse démasquant Circé (1810)



Pierre-Narcisse Guérin : Andromaque et Pyrrhus (1810). Esquisse 
Pierre-Narcisse Guérin : Clytemnestre hésitant avant de frapper Agamemnon endormi (1816). Esquisse 
Grande version au Louvre. Une autre petite version en dépôt à Amiens.
Sœur d'Hélène et femme d'Agamemnon, son second mari. Elle ne lui pardonne ni le sacrifice d'Iphigénie (voir Sébastien Bourdon), ni son concubinage avec Cassandre. A son retour triomphal de la guerre de Troie, elle l'assassine avec l'aide de son amant Egisthe.



François Bouchot (1800-42) : Pylade défendant Oreste (1822). Dépôt du musée de Chartres 
Pylade soutient Oreste, blessé, tout en combattant les habitants de Tauride.
Pylade est élevé avec son cousin Oreste. L'amitié qui unit les deux héros est si fidèle qu'elle deviendra proverbiale.
Après avoir tué sa mère Clytemnestre, Oreste est frappé de démence, et poursuivi par les Erinyes. Pour l'aider à calmer ses tourments, il part avec Pylade en Tauride afin de dérober une statue d'Artémis, selon une prophétie de l'oracle de Delphes. Mais, ayant été pris, ils furent sur le point d'être immolés à la déesse, suivant la coutume du pays. Ils réussirent à s'échapper avec l'aide d'Iphigénie.



François Bouchot : Brutus condamnant ses fils à mort (d’apr. Guillon-Lethière) (1820). Dépôt de Chartres


Antoine-Jean Gros : Portrait supposé de la Maréchale Lannes (1815-20)
Henri-François Riesener (1767-1828) : Portait d’Anne-Louise-Félicité Riesener, née Longroy, et de sa sœur Adélaïde Longroy (1808 - au centre) 

Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson : Portrait de Mme de Prony (1810 - étude).



Florent-Fidèle-Constant Bourgeois (1767-1841) : Paysage d’Italie (1805)



Léon Matthieu Cochereau (1793-1817) : Boulevard des Capucines (1809)



J-Baptiste Berré (1777-1838) : Un Aigle s’efforçant d’enlever un Mouton (1812)

Jan Frans Van Daël (1764-1840) : Nature morte de Pêches et de Raisins sur un entablement (1819). Peint sur une plaque de marbre. Très belle oeuvre 
Jan Frans Van Daël : Bouquet de Fleurs dans un vase sur un entablement (1810). A cette époque, les natures mortes n'ont plus valeur de "vanité" comme au siècle précédent. Ce sont simplement des tableaux décoratifs.
 

Julie Philipault (1780(1834) : Portrait de Marie-Sylphide Calès (1800-05) 
Léon-Matthieu Cochereau : Cours fait par Prévost pour apprendre à peindre des panoramas (1810-15). Esquisse (à droite)


Michel-Martin Drölling (1786-1851) : Portrait de Femme (1811)
 
Henri-François Riesener : Portrait du Mérachal J-Baptiste Bessières, duc d'Istrie (non exposé)





Aucun commentaire: