lundi 10 octobre 2016

DOURDAN - château-musée



Château-musée

Visite le dimanche 9 octobre 2016

Le château de Dourdan est achevé vers 1222 par le roi Philippe Auguste. Il est l'un des seuls édifices d'Île-de-France qui ait conservé l'essentiel de ses structures défensives : fossés secs, courtines, tours et châtelet d'entrée.

Lorsque le roi séjournait au château de Dourdan, il résidait dans un bâtiment situé le long de la courtine sud. La célèbre enluminure du mois d'avril des Très Riches Heures du duc de Berry (vers 1410) est le seul témoignage de cet édifice aujourd'hui disparu.
Saint Louis hérite du château de son ancêtre Philippe Auguste. Il le cède en douaire à sa mère Blanche de Castille, puis à sa femme Marguerite de Provence.

Pendant les guerres de Religion, le château, tenu par la Ligue, est gravement endommagé, notamment lors du siège de 1591 soutenu par l'armée royale de Henri IV. Le château perd alors toutes ses parties supérieures : toitures, chemins de ronde... Au début du XVIIe siècle, Harlay de Sancy puis Sully, s'attachent à lui redonner une apparence.
En 1672, le château est octroyé à Philippe d'Orléans, frère de Louis XIV, qui le transforme en prison. Devenu prison départementale à la Révolution Française, il abrite des détenus jusqu'en 1852. Le château est alors racheté par un propriétaire privé dourdannais, Amédée Guénée. Il est ensuite légué à la famille Guyot en 1863. Joseph Guyot (1836-1924), érudit et historien, passe sa vie à restaurer le château.

Labellisée Musée de France en 2003, la maison-musée abrite des collections de qualité (entrée dan la cour du château)


La plupart des œuvres religieuses présentées proviennent de l’ancien Hôtel-Dieu.

Le Cocq : Vierge en prière (1720)

Pieter Coecke van Aelst (1502-50) : Vierge au Perroquet

Copie de Nicolas Poussin (18e) : Annonciation

Charles-Joseph Natoire (1700-77) : Assomption d’un saint

Copie d’Antoine Coypel : Le Baptême du Christ (18e)

Anonyme (19e) : Vierge à l'Enfant avec St J-Baptiste

Anonyme (19e) : Portrait de J-Baptiste Etienne, supérieur général des Congrégations de saint Vincent de Paul (à gauche)
Anonyme (18e) : Portrait de saint Vincent de Paul (1581-1660)


Anonyme (18e) : Madeleine pénitente

Copie de Pierre Mignard (19e) : Vierge à la Grappe

Ensemble de sculptures religieuses (17e-18e)

Anonyme (18e) : Portrait de Jean-Louis Poussepin (1746)
Portrait de Marie-Thérèse Desbonest, épouse Poussepin (1746)

Collections de Anne et François Poncetton (1877-1950) - céramiques

Anonyme (19e) : Portrait en pied de Charles-François Lebrun, duc de Plaisance
Anonyme (19e) : Portrait de Frédéric Demetz

Gabrielle Capet : Portrait de Mme Demetz, épouse de J-Pierre Demetz (1815)
Anonyme (19e) : Portrait d’homme (1846)

Dans un salon
Anonyme (18e) : Portrait de César Thibaut de la Brousse, marquis de Verteillac (enfant) (à droite)
Theodoor van Thulden (17e) : Ste Cécile


Les salles ont conservé la décoration et le mobilier de la maison de Joseph Guyot (vers 1900)

Georges Chauvel (1886-1962) : Danseuse aux Raisins (1922). Bronze

Georges Chauvel : trois autres sculptures (bustes)



Aucun commentaire: