mercredi 11 novembre 2015

MAISONS-Laffitte - Château



Château de Maisons
(département  : Yvelines)

Visite du château de Maisons le dimanche 8 novembre 2015

 
Façade côté cour 
Un détail d'architecture de l'aile gauche

C'est René de Longueil, Président à mortier au Parlement de Paris, Surintendant des Finances en 1651, qui fait construire le château au XVIIe siècle. Il souhaitait y accueillir le Roi Louis XIV lorsque celui-ci se rendait à la chasse dans la forêt de Saint-Germain.

Le château de Maisons, premier grand château "ouvert" avec vestibule central et escalier à jour, regroupe tous les traits novateurs. Le château médiéval s'efface, le château moderne est né.
C'est le célèbre architecte François Mansart qui construisit le château de Maisons entre 1636 et 1646. Il constitue la pièce maîtresse d'une grande composition axée sur une perspective. Modèle de l'architecture à la française avec ses façades majestueuses, ses proportions élégantes, ses toitures hérissées de hautes cheminées, Maisons représente l'exemple parfait d'une fastueuse demeure d'un parlementaire fortuné du 17e siècle : René de Longueil.
Le château de Maisons est l'œuvre la mieux conservée de l'architecte François Mansart, celle qui permet de saisir son génie architectural.
Le vestibule et l'escalier d'honneur, le Cabinet aux miroirs, les décors des cheminées, le plafond à coupole expriment déjà tout le raffinement du Grand Siècle et le goût de l'apparat. De superbes écuries furent réalisées vers 1660, par François Mansart. A la fin du 18e siècle, le domaine de Maisons devint la propriété du comte d'Artois, frère de Louis XVI et futur Charles X, passionné de chevaux, qui introduisit la mode des courses hippiques. Après la Révolution, le maréchal Lannes acheta le château de Maisons où il reçut la visite de Napoléon. Le banquier Jacques Laffitte lui succéda. Il lotit le grand parc, fit démolir les écuries afin de vendre les pierres, et contribua au développement de la commune en favorisant l'organisation de réunions de courses. A la fin du 19e siècle, Maisons-sur-Seine devient Maisons-Laffitte. En 1905, l'Etat acheta le château pour le sauver de la destruction. 



Façade côté jardins et vue des jardins vers la Seine 


Maquette du château (l'avant-cour a disparu) 
Les écuries, en bas à gauche
Maquette des écuries (détruites en 1833, lors du lotissement du parc)


Au centre, le grand vestibule, orné d’aigles (armes parlantes des Longueil), et de 4 bas-reliefs évoquant les 4 éléments.

Dans le vestibule, les 2 portes qui donnaient accès aux deux appartements du rez-de-chaussée se trouvent depuis 1797 au musée du Louvre. Ce sont des chefs-d'oeuvre de ferronnerie.
L’une des grilles ferme la galerie d’Apollon
L’autre grille ferme la Salle de la Chapelle Notre-Dame-de-la-Paix et Saint-Louis (Pavillon de l'horloge du Louvre)


A gauche du vestibule central - l’appartement de René de Longueil :

1-Le second vestibule, orné de 2 toiles :
Nicolas-André Morsiau (1754-1837) : Alexandre domptant Bucéphale (Salon de 1787)

Nicolas-André Morsiau : Vénus secourant Enée
(-Napoléon traversant les Alpes au col du Grand-St-Bernard. Non exposé)

2-L’ex-antichambre de René de Longueil, devenue la salle de billard ou Salon bleu.
Le billard aux sphinges a été réalisé par Mathurin-Louis Cosson en 1864. Il a été acquis par Louis-Philippe pour le palais des Tuileries. 
Sur les murs sont exposés des portraits des différents propriétaires du château :
Le portrait en pied du Maréchal Lannes, d’après François Gérard

Trois portraits du comte d’Artois (futur Charles X)

J.-Martial Frédou (1710-95) : Le comte d'Artois en colonel général des Suisses (acquis en 2004)
-Un portrait de Thomas Colmar et de Jacques Laffitte.

3-L’ancienne chambre de parade de René de Longueil, ou Salon des Captifs.
Belle cheminée ornée d'un portrait de Louis XIII, et de 2 captifs
Deux grandes toiles :
Hubert Robert : La Cascade de Tivoli

Pierre-Jacques Volaire : L’Eruption du Vésuve

Et deux toiles de Jean Valade (1710-87) :
Monsieur Carré de Candé et ses deux fils (1765)
-Le Marquis et la Marquise de Faventines faisant de la musique (1767)

Dans l’aile gauche
4-Salle des estampes (ancienne petite chambre de René de Longueil) où sont présentés les maquettes et plans du château

5-Cabinet de René de Longueil.
Juste d’Egmont : Portrait de Louis XIII (acquis en mars 2015)
Ec. française (17e) : Psyché admise sur l’Olympe 

Plafond du cabinet

A droite du vestibule central (rez-de-chaussée)
1-L’escalier d’honneur.
2-L’appartement du comte d’Artois, frère de Louis XVI, et futur Charles X
3-La salle de stuc (salon de jeux)

4-La salle à manger du comte d’Artois


Au premier étage
Groupe d'angelots illustrant le Chant et la Musique, par Philippe de Buyster 

A gauche, l’appartement du roi :
Perspective vers le grand miroir
 Perspective vers le salon d'Hercule
1-La grande salle ou salle de bal, ornée de 6 grandes toiles représentant des paysages italiens (1819-20) :
Jean-Victor Bertin : Paysage d’Italie avec un Pont 

Jean-Victor Bertin : Paysage d’Italie avec un Lac

Jean-Joseph-Xavier Bidault : Le Phare de Gênes

2-L’antichambre du roi, ou Salon d’Hercule. Belle cheminée surmontée des armoiries des Longueil :
"d'azur aux trois roses d'argent, au chef d'or chargé de trois roses de gueules".

3-La chambre du roi. Ensemble de costumes de deuil portés à la Cour de Versailles. 
A droite du lit, un tableau de Giovanni Battista Salvi, dit Il Sassoferrato : Vierge et l'Enfant
A gauche, "Saint François d'Assise en méditation" 

Claude Vignon (1593-1670) : Allégorie d’Hercule triomphant des Vices et de l’Hérésie.


4-Le grand cabinet du roi à l’italienne et son plafond.
Michel 1er Corneille (1601-64) : Samson et les Philistins (1650). Acquis en septembre 2013
J.-Baptiste Jouvenet : Jésus chassant les Marchand du Temple

J.-Baptiste Jouvenet : Repas chez Simon le Pharisien

5-Le cabinet aux miroirs : parquet en marqueterie, murs, et coupole peinte par Michel Corneille


A droite de l’escalier, l’ancien appartement de la reine, réaménagé par le maréchal Lannes, duc de Montebello.
L’appartement des femmes

La chambre du Maréchal Lannes 

Henri-Pierre Blanchard : Le Retour des restes de Napoléon depuis Sainte-Hélène remontant la Seine sur  un bateau à vapeur


Au sous-sol 
Les Cuisines

La chambre aux Bains et la baignoire de marbre




Aucun commentaire: