dimanche 27 mars 2011

NEMOURS

Le château-musée
(département : Seine-et-Marne)

Dernière visite le vendredi 25 mars 2011


Construit au cœur de la cité médiévale à partir de XIIe siècle, le château de Nemours constitue l'un des rares châteaux de ville d'Île-de-France encore visible à l'heure actuelle. Il se dresse au bord du Loing.
D'abord propriété seigneuriale, puis ducale, il connaît de nombreux remaniements au fil des siècles. Au XVe siècle la famille d'Armagnac le fait restaurer tandis qu'en 1673, Philippe d'Orléans, devenu propriétaire grâce à son frère Louis XIV, organise les travaux qui donneront au château l'allure qu'il conserve encore actuellement.
Après la Révolution, le château devient propriété de la ville. Et ce n'est qu'en 1903, après restauration qu'il est transformé en musée par un comité présidé par le sculpteur nemourien Justin-Chrysostome Sanson. A l'origine, la collection sont composée d'œuvres de l'atelier de Sanson, du peintre Ernest Marché (1864-1932), et de l’imprimeur en taille-douce Adolphe Ardail (1835-1911).
Son fonds s'étoffe grâce à différents dons (archéologie locale, sciences naturelles, tapisseries, faïences révolutionnaires). Depuis, le musée est remarquable pour sa collection d'arts graphiques (estampes, dessins, photographies), de peintures et de sculptures emblématique de l’art de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

Entrée du château du côté de la ville


Une exposition temporaire consacrée à un sculpteur natif de Nemours, Justin-Chrysostome Sanson (1833-1910), lauréat du Grand Prix de Rome en 1861.
Henri-Charles Daudin : Portrait du sculpteur J.C. Sanson dans son atelier parisien (1893)

Photo du sculpteur Sanson dans son atelier.

Un espace évoque l’atelier du sculpteur

Justin-Chrysostome Sanson : Tête d’expression. Vieillard barbu. (1857) (sur la sellette)

St Sébastien agonisant. Esquisse en plâtre. Inspiré du "Narcisse Mazarin" du Louvre.

Ingres assis. Esquisse en plâtre.

-Ulysse ramenant Chryséis à son père. Haut-relief en plâtre. Œuvre réalisée pour le Prix de Rome (1861 - dépôt de l’ENSBA)


Le Captif. Plâtre (c. 1855)

Justin-Chrysostome Sanson : Buste d’Enfant (1863). Plâtre patiné.

-Le Danseur de Saltarello (1865). Plâtre original patiné. Une des oeuvres les plus célèbres de Sanson (elle a été réalisée pendant son séjour à Rome).

Le bronze du Danseur se trouve dans le jardin de Diane du château de Fontainebleau.

Suzanne au Bain. Petit bronze.

Justin-Chrysostome Sanson : Le Sommeil d'Oreste. Bas-relief en plâtre.


Au premier étage

Justin-Chrysostome Sanson : St Pierre (1870). Commande pour l’église St François-Xavier.

Le Génie funèbre. Plâtre (1902)
La Douleur. Plâtre (1870)Jeanne d’Arc sur le Bûcher. Plâtre (1902)La Source (1902). Plâtre et bronze.

Le Chanteur napolitain. Bronze (1881).

Etienne Bezout. Plâtre (1883). Mathématicien.

La Prière (1897)

Justin-Chrysostome Sanson : Le Printemps. Plâtre.


Les peintures de la collection permanente sont quasiment impossible à voir car les expositions temporaires occupent toujours l'espace disponible, et les tableaux restent dans les réserves...
La plupart des toiles datent de la fin du 19e s., ou du début du 20e s. Je me contenterai d'en signaler quelques-unes.

Louis-Marie Baader (1828-1920) : Héro et Léandre. Esquisses.


Paul Bellanger-Adhémar (1868-1948) : Port breton.
Jean II Benner (1836-1909) : Briséïs pleurant sur le corps de Patrocle (Salon des Artistes Français 1878)


Louis Maurice Boutet de Monvel (1851-1913) : La Leçon avant le Sabbat. (Salon des Artistes Français de 1880).

Eugène Brunet : Prométhée enchaîné (1885).
Amédée Buffet (1869-1934) : La Messe à l'abbaye de Saint-Arnould, Trouville. (Salon des Artistes Français, 1899)


Gaëtan Jean Commergnat (1867-après 1922) : Rapace attaquant un coq.


Allan Deacon (1858-début 20e) : Portrait du peintre et graveur Arthur Heseltine (1898)

Ecole française : Le Débarquement de l'armée des barbares (vers 1850)

Edouard Doigneau (1865-1954) : La Meute. (Salon des Artistes Français, 1909). 2 m x 3,22 m.

Johannes Martin Grimelund (1842-1917) : Vue de Nemours au crépuscule (1904)
Johannes Martin Grimelund : Norvège, bord d'un fjord au printemps (1896)

Johannes Martin Grimelund (1842-1917) : Village de pêcheur au crépuscule, Norvège.(1904)

Jean-Jacques Henner (1829-1905) : Le Christ mort (étude pour Le Christ au linceul)

Alexandre-Ferdinand Kreutzer (vers 1860-1917) : Solitude, forêt de Fontainebleau (Salon des Artistes Français, 1906)
Sacha Leroy (vers 1900-1972) : Nature-morte au Pichet et à la Coupe de pommes.


Gaston-Ernest Marché (1864-1932) : Vue de Larchant au crépuscule.

Gaston-Ernest Marché : Matinée d'Hiver à Nemours.

Gaston-Ernest Marché : Le Moulin Rouge de Fromonville en hiver.

Gaston-Ernest Marché (1864-1932) : Le château de Faÿ vu de l'esplanade.

Georges Moteley (1865-1923) : Jour de Toussaint dans les hameaux de Clecy, Calvados (Salon des Artistes Français de 1901)

Georges Moteley (1865-1923) : Marine : vague sur la pointe des rochers ; La Hague (1904)
Charles Louis Mozin (1806-1862) : Marine : bateaux de pêches.

Edmond Tapissier (1861-1943) : La Dentellière

Edouard Toudouze (1848-1907) : Etudiant du Moyen Âge. Etude pour les décors de la Sorbonne.

Achille Varin (1863-1948) : Nemours vu des hauteurs de Beauregard

Fernande Sadler (1869-1949) : Le port de Villefranche-sur-Mer.


Et quelques toiles orientalistes

Paul Leroy (1860-1942) : Le Mendiant aveugle de l'Oasis d'El Bordj (1890)

Gaston-Ernest Marché (1864-1932) : Bab Darb, vieux Biskra (1907)
Gaston-Ernest Marché (1864-1932) : Femmes arabes au bord d'un Oued (Algérie)


Prosper Marilhat (1811-1847) : Mosquée en Basse Egypte.

Achille Varin (1863-1948) : Rebecca à la fontaine (Mention Honorable au Salon des Artistes français de 1896)

Quelques sculptures :

Albert-Ernest Carrier-Belleuse (1824-1887) : Jean-Jacques Rousseau herborisant.
Albert Ernest Miserey (1862-?) : Buste de jeune femme voilée (Anamite)


Dans l'église St Jean-Baptiste de Nemours
Justin Chrysostome Sanson (1833-1910) : Piéta. Bronze. (plâtre original présenté au Salon de 1876).

Aucun commentaire: