jeudi 1 octobre 2009

LA FERE

-->
Musée Jeanne d'Aboville
(à 25 km au sud de Saint-Quentin)

5, rue du Général de Gaulle. 02800. (département : Aisne)

Visite le vendredi 26 octobre 2001. (petit catalogue)

En 1860, la Comtesse d'Héricourt de Valincourt, née d'Aboville, lègue à la ville sa collection de peinture. Le musée a heureusement été épargné par les pillages des guerres du 20e siècle, et a conservé ses quatre cents tableaux essentiellement flamands et hollandais.

Premier étage.
Ec. allemande (XVe) : Flagellation du Christ.
Ec. allemande (XVe) : Le Martyre des 10 000 soldats de la légion de Thèbes, sous le roi Sapor.
Jan Massys (fils de Quentin) (1509-75) : Madeleine en prière.

Ec. de La Haye (XVIe) : Triptyque de la famille Booth (c. 1558). La Résurrection de Lazare (sur partie centrale). Deux groupes de donateurs sur les volets latéraux.
Pieter Aersten (1508-75) : Le Calvaire.

Martin Schongauer (1450-91) : Le Christ en croix. A gauche, la Vierge ; St Jean l'Evangéliste (à droite) ; le donateur (un évêque) petit personnage agenouillé, en prière, au pied de la croix.


Flandres (16e) : La Déploration du Christ. Belle œuvre colorée.

Salomon van Ruysdael (1600-70) : Ruines de l'abbaye d'Egmont.
Paysage avec pêcheurs - La vente des poissons. Nombreux personnages sur une rivière gelée.
Abraham Mignon (1640-79) : Fruits, papillons, insectes.
Jan van Goyen () : Ruines au bord d'une rivière.
Pieter Gerritsz van Roestraten (1630-1700) : Nature morte aux orfèvreries.
Pieter de Putter (1600-59) : Nature morte aux poissons. Composition en diagonale.
Matthias Withoos (1627-1703) : Mors Omnia Vincit c. 1660). Vanité. Composition dominée par le buste de Sénèque.
Johannes Fabritius (1636- ?) : Nature morte aux fleurs et aux fruits. Belle Vanité.

Pierre Dupuis (1610-82) : Paniers de prunes. Superbe. Prunes violettes dans une corbeille. Clair obscur, lumière latérale.


Rachel Ruysch (1664-1750) : Vanité. Tulipes et crâne.

Emmanuel de Witte (1615-91) : Intérieur d'église imaginaire aux moines. Belle œuvre. Composition horizontale, monumentale et raffinée.Alexander Keirinckx (17e) : Intérieur de forêt.
Adrien van Stalbemt (1580-1662) : Mort d'Adonis.
Daniel Vertangen (1606-84) : Diane découvrant la grossesse de Callisto.
 

Jan I Brueghel (1568-1625) : Allégorie du Goût 
- Paysage.

Maerten de Vos (1532-1603) : Les Vierges sages et les Vierges folles. Grande et belle composition maniériste, complexe et mouvementée.
Simon de Vos (1603-76) : Hommage à Vénus. Au centre, Vénus assise sur son trône ; Cupidon, debout, nu, devant elle ; autour, les courtisans. Finement peint.
Jacobsz van der Lamen (né en 1584) : La Multiplication des pains.
Nicolas van Veerendael (17e) : Fleurs et fruits.

Deuxième étage.
Ec. italienne (15e) : Ange de l'Annonciation.


Pompeo Girolamo Batoni (1708-87) : L'Extase de St François d'Assise. Devant la Vierge et l'enfant.
 

Jacopo Marieschi (18e) : Vue d'une ville italienne.
Giovanni Battista Crespi (1575-1632) : Adoration des Mages.
Peter Snyders (?)(1681-1752) : Nature morte, lièvre, oiseaux, légumes.
Abraham Willemsen () : Le petit Joueur de flûte - Le Repas à la ferme.
Willem Romeyn (1622-94) : Halte dans un paysage de ruines.

Claude Deruet (1588-1660) : Deux scènes de combats des Amazones et des Grecs.
L'Attaque (ou Le Duel) - La Fuite (ou La Rescousse).


Jean Michelin (1623-96) : Marché aux volailles.

Etienne Jeaurat (1699-1789) : Le Déjeuner à la Campagne.
Claude Joseph Vernet (1714-89) : Vue d'un port.
J.-Baptiste Lallemand (1716-1803) : La Halte de chasse.

J.-Baptiste Lallemand : Le Gué.

Louise-Elisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842) : Portrait de Mme Adelaïde, fille de Louis XV (1791).
Charles-François Grenier de Lacroix, dit Lacroix de Marseille (18e) : Paysage avec pêcheurs ou Le Naufrage.

Joseph Marie Vien (1716-1809) : St Jérôme méditant sur un crâne.
Hubert Robert (1733-1808) : La Grotte du Pausilippe à Naples.
Georges Michel (1763-1843) : Paysage. (p. 29)
Gillis van Tilborch (1625-78) : La Rencontre.
Karel Dujardin (1622-78) : Paysage d'Italie avec cavaliers et personnages.

Et de nombreuses autres œuvres de petits maîtres.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour Monsieur,

C'est avec beaucoup de plaisir que je consulte vos pages, étudiant en histoire de l'art, je suis, comme beaucoup de mes semblables, très attaché à notre patrimoine. Votre blog nous offre l'occasion d'en saisir toutes les richesses du moins celles d'ordre muséal. Je me permets de vous interroger, car je fus bien surpris de constater dans ce musée de La Fère, la présence d'une oeuvre de Martin Schongauer. Sachant les productions picturales de ce peintre très limitées, je n'avais pas connaissance de l'existence de celle-ci. Cependant, je me permets d'en mettre en doute la paternité. Mes recherches universitaires centrées sur la peinture allemande du XVe siècle m'ont donné l'occasion de me confronter au travail du peintre de Colmar, et de ses oeuvres de jeunesses à celles plus abouties de sa maturité je ne trouve rien de ressemblant, de toute évidence il serait plus mesuré d'attribuer cette peinture à un suiveur de l'artiste. Une étude appronfondie permettrait peut-être d'identifier le commanditaire de ce panneau et peut-être alors celle du peintre. Quoi qu'il en soit, je ne peux que louer votre initiative qui m'a premis de découvrir, s'il ne fallait citer que cela, au musée Bezier une peinture d'Hans Holbein le Jeune. Rien que pour cela, je vous suis reconnaissant.
Poursuivez cher Monsieur, nous vous en saurons infiniment gré.
Cordialement,
Boris M.

Jean-Louis Gautreau a dit…

Monsieur,

J'ai été très sensible à vos compliments et suis très heureux d'apprendre que la documentation de ce blog peut vous être utile. Je ne suis pas un spécialiste de Schongauer, mais j'ai dû voir cette oeuvre, et cette attribution que j'ai notée. J'ai trouvé confirmation de la présence de ce tableau à La Fère. Je sais combien les attributions sont délicates et complexes, et votre réaction entraîne une interrogation intéressante. je ne suis pas en mesure d'y répondre.

Cordialement.