samedi 15 novembre 2008

LA ROCHELLE

Deux musées dans ce billet :
1-Le musée des Beaux-Arts
2-quelques notes sur le
Musée du Nouveau Monde
. (en bas de page)


Cathédrale Saint-Louis
Dans la première chapelle à droite :
William Bouguereau (1825-1905) : Flagellation du Christ (1880). Grande composition.

Dans la chapelle de la Vierge (axiale)
William Bouguereau : 7 scènes de la vie de la Vierge. Coupole.
Annonciation - Visitation - Nativité - Fuite en Egypte - Evanouissement (descente de croix) - Pieta - Assomption (au centre).
Louis Matout (1811-88) : Jésus chez Simon le Pharisien - Jésus embrassant les enfants.

Edouard Debat-Ponsan (1847-1913) : La pitié de St Louis pour les Maures. Croisés devant des arabes mourants (dans le transept).
Dans une chapelle, deux autres compositions de l'artiste.
Musée des Beaux-Arts.
Ancien palais archiépiscopal. 28, rue Gargoulleau
(département : Charente-Maritime)


Dernière visite le lundi 17 décembre 2001.
Blaise Desgoffe (1830-1901) : Elève d'Hippolyte Flandrin.
Nature morte. Belle toile. Grande composition verticale. Vase turquoise dans une monture en bronze doré, et posé sur une table. Au premier plan, un tissu carmin. Tapis, mobilier, et décor second empire.
Paul Liégeois (milieu XVIIe) : Nature morte aux fruits. Belle œuvre.

Jean-Victor Schnetz (1787-1870) : Vœu à la Madone.

Gustave Doré (1832-83) : Le Christ sortant du tombeau. Belle toile, grand format. Le Christ en pied, vêtu d'une simple tunique, s'avance vers le spectateur. Atmosphère étrange et irréelle donnée par le camaïeu de gris bleu-vert. A l'arrière plan, on devine deux soldats endormis, affalés de chaque côté de l'entrée du tombeau ; composition très symétrique.
Gustave Doré : Les trois Juges de l'Enfer. Belle toile. Composition symétrique. Camaïeu de gris. Sombre. Il s'agit des juges des enfers de la mythologie antique : Minos, Hadès, et Rhadamante.

Théodore Chassériau (1819-56) : Le Retour de l'Enfant prodigue (1836). Œuvre de jeunesse. Composition simple et peu efficace : Le père serre son fils dans ses bras. Le jeune homme est vêtu d'une tunique courte blanche en loques; Copie d'un Christ portant sa croix - Esquisse d'un cheval.
Marie Stuart protégeant Riccio
. Esquisse.
Eustache Le Sueur (1616-55) : Adoration des Bergers. Grande composition. A l'arrière plan, une architecture en construction.
Don des Hospices Civils à la Société des Amis des Arts le 27 mars 1886 - Cette oeuvre maîtresse du musée des Beaux-Arts impressionne par ses dimensions : 3,65 mètres par 2,55 mètres. En 1648, il fut l'un des fondateurs de l'Académie royale de peinture et de sculpture. Transportée à La Rochelle en 1655, cette toile illustre la maîtrise de Le Sueur à la fin de sa carrière.

David de Haen (1595-1622) : Saint Sébastien. Sébastien est entouré de quatre hommes qui observent ses blessures. Irène apparaît dans l'angle supérieur gauche.
Bernardo Keil (1624-87) : Scènes de genre.
Le Marchand de gâteaux - Le vieux Buveur. Clair obscur.
Ec. anversoise (17e) : Vénus et l'Amour. Grande Vénus voilée debout (voile complètement transparent) ; à sa gauche, un jeune Amour, jeune adolescent nu, impubère, aux cheveux blonds et frisés. Très mignon.
Antoine Benoît Dubois (1619-80) : Corbeille de fruits et objets divers - Acquis en 1869 par la Société des Amis des Arts - Artiste peu connu, Antoine-Benoît Dubois fut élu membre de l'Académie royale de peinture et de sculpture en 1663. .

Léon Riesener (1808-78) : Elève de Henri-François (son père), cousin germain de Delacroix. Le peintre officiel Henri-François Riesener était l'oncle de Delacroix.
-Bacchus et Ariane
. Le jeune Bacchus, vêtu d'une peau de léopard est agenouillé (à droite), près d'Ariane (à gauche). 


Philippe Chéry (1759-1838) : La Mort d'Alcibiade (1824). Composition néoclassique. Correspond au thème du Grand Prix de Rome de 1824. Debout à droite, Alcibiade porte un casque grec ; le beau corps nu du jeune homme est en pleine lumière. Il a reçu une flèche dans la poitrine, près de l'épaule droite ; blessé, il laisse tomber son épée ; il est soutenu par une jeune femme. A gauche, on aperçoit dans l'ombre l'archer qui vient de décocher sa flèche, et un autre soldat prêt à lancer son javelot.

Jules Salles (1814-1900) : L'Attente. Jeune femme assise, en costume traditionnel. (proche d'une œuvre d'Antigna, Orléans)

Achille Zo (1826-1901) : Bohémiens : Halte du soir. Contre-jour. Groupe autour d'un feu.
François Gérard (1770-1837) : Le Peintre et sa famille. Petit format.
Théodule Ribot (1823-91) : Scène d'intérieur. Petite toile.
André Brossard (La Rochelle 1808-90) : Moïse faisant jaillir l'eau du rocher. (thème du Prix de Rome 1836) Debout à gauche, Moïse vêtu de blanc, est le sommet d'un diagonale qui plonge vers l'angle inférieur droit. Néoclassique.
-Tobie et l'ange - Portrait de trois jeunes filles de la famille Seignette. Froid et lisse.

André Brossard : Torse d'homme. Vu de 3/4 dos. Etude d'académie.
-Jeune homme vu de face. Etude d'un torse nu. Sans doute des études pour le concours du Grand Prix de Rome.

William Bouguereau (La Rochelle 1825-1905) : Grand Prix de Rome en 1850. Plusieurs oeuvres.
L'Amour mouillé. Petit tableau. Un joli petit adolescent debout, en pied, nu, imberbe, serre frileusement ses bras contre sa poitrine. Appuyé à un tronc d'arbre pour s'abriter de la pluie, il tente de se protéger à l'aide de ses ailes blanches serrées contre ses flancs. L'extrémité de son aile droite dissimule son sexe.
Vie de la Vierge. Esquisses des peintures de la cathédrale.
-Portrait de Mme Deseiligny
-
Portraits : de Mme Lanusse - de M. Lanusse - Melle Lanusse.
William Bouguereau : Ulysse reconnu par sa nourrice à son retour de Troie. (thème du Prix de Rome de 1849) Beau nu central (Ulysse). Sa nourrice, Euryclée, agenouillée à gauche, vient de reconnaître une cicatrice en lui lavant les pieds.


William Bouguereau : L'Océanide. Célèbre nu d'une femme allongée sur la grève.
Alexandre Antigna (1817-78) :La Fille du Bouquiniste.Paul Jamin (1853-1903) : La Brenn et sa part de butin. Grande composition. Le chef gaulois entre dans une pièce où sont rassemblées des femmes nues et terrorisées. Selon Tite-Live, Brennus est entré dans Rome en 390 avant J-C.
Léon Perrault (1832-1908) : La Cigale. Une jeune fille assise, nue, joue de la mandoline.
Camille Corot () : Vue de Genève prise du coteau de Coligny - Paysage.


Constant Troyon (1810-65) : Les Bûcherons.
Paul Huet () : Paysage. A gauche, un berger et son troupeau de moutons.

Willem van de Velde le jeune (1633-1707) : Escadre hollandaise au mouillage.

Frans II Francken le jeune (1581-1642) : Les Vases d'or des Egyptiens. Belle œuvre finement traitée, nombreux détails, fraîcheur des couleurs.

Alexis Simon Belle (1674-1734) : Portrait de Antonin Nompart de Caumont, duc de Lauzun.
Jacob II Degheyn (1565-1629) : 2 pendants. Bouquets de fleurs dans des vases de verre. (fruits sur la table).

Luca Giordano (1632-1705) : Jésus Christ en Gloire. Composition plafonnante, en contre plongée.

Ecole vénitienne (17e) : L'Amour.
Piat Sauvage (1744-1818) : La Marchande d'Amour. Bas-relief en trompe-l'œil.
Hendrick de Meyer (1600-90) : Port de Dordrecht.

Albert Marquet (1875-1947) : Port de La Rochelle.
Edouard Pinel - Adolphe Monticelli - Gabriel Charlopeau (1889-1967) - Gaston Balande - Maurice Denis
Gaston Chaissac (1910-64) : Tête jaune renversée - Tête bleue -Composition.
Alberto Magnelli (1888-1971) : Ensemble abstrait.

Charles Lenoir (1860-1929) : L'Amour au guet. Joli garçonnet aux boucles blondes, assis, nu, de face, avec des ailes de papillon. Très mignon.
Bartholomaüs Strobel () : Sainte couronnée.
Albert-Tibule Furcy de Lavault (1847-1915) : Peintre de paysages, de natures mortes et surtout de fleurs, Furcy de Lavault fut nommé en 1882 Conservateur du Musée de peinture de La Rochelle.-Fleurs printanières. Grand bouquet spectaculaire de fleurs blanches, roses et mauves, dans un vase posé sur une table recouverte d'une nappe jaune.
-Fleurs et fruits. Un amoncellement de fleurs dans une brouette…
Albert-Tibule Furcy de Lavault (1847-1915). Intérieur du Musée de la Rochelle.


Edouard Hamman (1819-88) : Marie Stuart Quittant la France. Style Troubadour.
Jacques Appian (1818-98) : Le Port de Monaco avant l'orage.
Charles Emile Jacques (1813-94) : Rentrée à la bergerie.
Jules Noël (1815-81) : La Falaise de Quiberon.

Bel ensemble de peintures orientalistes
Eugène Fromentin (La Rochelle 1820-76) : Belle série.

Eugène Fromentin : Départ pour la chasse
- Cavaliers arabes - Chasse aux gazelles - Attaque d'une caravane - Passage d'un gué - Ville d'Algérie
- Arabe sur un mur - Intérieur de l'atelier d'un tailleur arabe - Cheval gris pommelé
.
Et des dessins préparatoires.

Gustave Guillaumet (1840-87) : Campement d'un Goum sur la frontière du Maroc (1869).Louis Mouchot (1830-91) : La Prière du soir (1874). Dans le désert. A gauche, quatre dromadaires et un âne. A droite, plusieurs hommes en prière. Le peintre exposa au Salon à partir de 1859 et il y connut un grand succès avec ses tableaux orientalistes. La scène de ce tableau se passe probablement sur les bords du Nil.Pierre Carrier-Belleuse (1851-1938) : Danseuse. Pastel.
Hector Leroux (1829-1900) : Vestale.
Louis Deschamps (1846-1902) : Folle. Une jeune femme aux yeux hagards tient serré contre sa poitrine un lapin coiffé d'un bonnet.
François Français (1814-97) : La Sèvre à Moulin Neuf.
Frédéric Montenard (1849-1926) : Un cimetière en Provence. A gauche, un jeune garçon est agenouillé devant une croix placé sur une tombe.
Jean Jules Geoffroy (1853-1924) : Le Retour à la vie. Une enfant malade sur son lit ; sa mère la soigne. Intérieur de verrier. Atelier sombre, éclairé par la lumière des fours. Un homme âgé, efflanqué, souffle le verre ; autour de lui, plusieurs jeunes apprentis, torse nu.
Léon Pelouse (1838-1891) : La Ferme de Toutain. Proche des impressionnistes.

Série complète des gravures du Miserere de Georges Rouault (58 gravures).

Maurice Marinot : Toiles et Verreries.
-Hélène cousant - Denise et Florence.


- Février 2013 : Nouvelle acquisition 
Eugène Fromentin : Cavalier arabe portant en croupe un Fou 
  




Musée du Nouveau Monde.
Hôtel Fleuriau. 10, rue Fleuriau.

Visite le lundi 17 décembre 2001.

Le musée est installé dans un très bel hôtel de négociant rochelais, l'Hôtel Fleuriau, qui possède de beaux salons lambrissés. Les Fleuriau furent d'importants armateurs au XVIIIe s. La collection du musée, commencée au début de 1978, compte actuellement environ 500 oeuvres. Elle comprend des peintures, gravures, dessins, sculptures, cartes anciennes, et objets d'art décoratif, tous liés au thème du Nouveau Monde, ainsi que du mobilier français du XVIIe s.

Léon Cogniet (1794-1880) : Bailly proclamé Président de la première constituante.
Gerbrand van den Ecckhout (1621-74) : Portrait d'un Noir.
Evariste-Vital Luminais (1822-96) : Noir vu de dos.
-Esquisse pour le décor de la Bourse de commerce de La Rochelle.
Pierre Vafflard (1777-1832) : La Mort du Proscrit.


José Conrado Roza (Portugal 18e s.) : La Mascarade nuptiale

Grégor Brandmuller (1661-1691) : Les quatre Parties du monde (1682) - Ce tableau est une allégorie des quatre parties du monde avec, de gauche à droite, l'Europe (sceptre, c'est-à-dire bâton de commandement du roi), l'Asie (coffre empli de joyaux), l'Amérique (sauvage habillé de plumes), et l'Afrique. 
Jan van Kessel le vieux (1626-79) : Scène de Cannibalisme. Finement peint.
Giaquinto Corrado (1690-1765) : Allégorie de l'Amérique - Allégorie de l'Europe.
J.-Andréas Biset (1672-1729) : L'Amérique apportant ses richesses à l'Europe.

Jean-Baptiste-Auguste Leloir : Trappeur et Indiens devant leur Camp.

Auguste Raynaud () : L'Indien Chactas sur la tombe d'Atala (1878). Beau jeune homme nu étendu sur une peau de léopard, dans une forêt au bord d'une rivière. Belle et fine anatomie masculine.


Jacques-Victor-Eugène Froment-Delormel (1820-1900) : Indiens Pawnees dans un paysage (Vers 1850)

Pendule « au Nègre », allégorie de l’Amérique (chasseresse et crocodile). (Paris, vers 1800)


Un tableau célèbre au musée d'Art décoratif de La Rochelle :
Henri-Paul Motte (1846-1922) : Le Cardinal de Richelieu au Siège de La Rochelle (1881 - Musée d'Orbigny Bernon, La Rochelle)



2 commentaires:

Anonyme a dit…

Cher Monsieur,
permettez-moi de vous remercier, dans le cadre de recherches sur le peintre Constant Troyon, j'ai pu trouver grâce à votre site des images intéressantes.
Votre initiative est plus que louable, je ne puis que vous féliciter et vous encourager à poursuivre.
Chaleureusement,
Boris M.

Jean-Louis Gautreau a dit…

Je suis sensible à vos compliments. J'essaie de poursuivre mes recherches.
Cordialement