mardi 17 juin 2008

PAU - Beaux-Arts



Musée des Beaux-Arts
(département : Pyrénées-Atlantiques)

Dernière visite du musée des Beaux-Arts de Pau, en juillet 2011. (Voir catalogues)

Lors d'une précédente visite, j'avais catalogué le musée de Pau comme le plus laid de France (parmi ceux que je connaissais). Les collections était belles et riches, mais la présentation était catastrophique.
L'été 2000, le musée était en pleine rénovation. Un nouveau et jeune conservateur (enfin !) avait commencé, depuis un mois, à révolutionner ce musée qui était à l'état d'abandon.
Une partie des richesses du musée des Beaux-Arts de Pau provient du legs Louis La Caze (1798-1869). Grâce à son neveu, sénateur et président de la Société des lettres et des arts, à Pau, le musée bénéficia en 1872 de 30 toiles de Ribera, Zurbaràn, Bassano, Jordaens, Teniers, Romney, Largillierre, Oudry, Van Loo, et d’autres artistes moins célèbres, mais intéressants à découvrir.
En juillet 2011, tout le rez-de-chaussée ne présentait pas les collections permanentes, en raison d'une expo temporaire dans l'aile sud (Poumeyrol), et d'importants travaux de rénovation dans l'aile nord...


Dans la galerie d'accueil.
Théodore Rousseau - Paul Huet - Daubigny.
Félix Ziem : Vue de Venise.



Eugène Carrière (1849-1906) : Priam demandant à Achille le corps d'Hector. Achille, beau jeune homme nu, est assis de face, la jambe gauche en diagonale ; un tissu blanc couvre sa cuisse. Clair obscur : la lumière frappe le corps d'Achille et le visage de Priam.
Autres œuvres du même artiste : Le Baiser maternel.
Louis La Caze : Psyché recevant le premier baiser de l'Amour. Réplique d'après Gérard.

Dans le grand hall d'entrée. (grand escalier).

Georges Rouget (1784-1869) : L'Abjuration d'Henri IV.
Paul Michel Dupuy : Au Jardin d'Acclimatation, les Eléphants (1901).
Joseph Paul Mesle : Le Portrait de la Soeur (1886)
Paul Maurice Duthoit : Un Atelier de jeunes Filles.

Louise Abbema : Le Déjeuner dans la serre (1877). Cette toile représente une des soirées que donnait Sarah Bernhardt dans son jardin d’hiver à son domicile près du parc Monceau.
Joseph Saint-Germier : Mme Saint-Germier.
Alfred Smith : Place de la Concorde sous l'Averse (1888)
Gaston de Luppé : Samson et les Philistins. Bronze.

François-Joseph Bosio (1768-1845) : Henri IV enfant. Marbre. (Version en argent au Louvre). 


Henri Allouard : Bacchus enfant. Marbre (Plâtre présenté au Salon de 1879).

Hubert Denis Etcheverry : La Naissance de Pégase (salon de 1897)
J.-François Raffaelli : L'Apprentie.


Joseph Saint-Germier : Un Enterrement à Venise (1899)
Edmond Varz : Le Pont du Carrousel.


Georges Berges : El Tango (1902)

Dans le grand escalier
Nombreuses oeuvres de Eugène Devéria (1805-65) :

Eugène Devéria : Naissance de Henri IV. Et une esquisse préparatoire.


Eugène Devéria : Autoportrait.
Christophe Colomb à la cour de Ferdinand et Isabelle - Le Retour du marché de Pau -
Le Signal
- La Prière du Soir - Scène des Fourberies de Scapin - Marie Devéria en Amazone 



Eugène Devéria : Scène des Fourberies de Scapin


Eugène Devéria : L'Inondation (1840).


Eugène Devéria : L'Imploration.


Eugène Devéria : L'Effroi maternel, scène des Vêpres siciliennes.

Plusieurs petits bronzes :
Auguste Rodin : Rose Beuret.

Etc.


En haut de l'escalier (à gauche)

Horace Vernet (1789-1863) : Judith et Holopherne. Judith s'apprête à trancher la tête d'Holopherne. Fond de tenture rouge.


Léon Benouville : Esther à l'Odalisque.
François Etcheto : L'Esclavage. Plâtre.
Henry de Triqueti : Geneviève de Brabant. Marbre.


Théodule Ribot (1823-91) : Le bon Samaritain (1865).


François-Marius Granet (1775-1849)) : Intérieur de Couvent à Rome.
Louis Durcis : Le Tasse visité par Montaigne dans la prison des Fous à Ferrare. Mort du Tasse au Couvent de St Onuphre.


Gustave Wappers : Le Giaour. Etude.
Louis Ernest Barrias : Fleurs d'hiver. Marbre.


En haut de l'escalier (à droite)
Thomas Couture : Portrait de femme.
J.-Jacques Henner : Tête d'étude.
Justin Ouvrié : Vue des Eaux-Bonnes.


Alexandre Millin du Perreux : Vue du Château de Pau où naquit Henri IV (1822)


Au rez-de-chaussée
 
Salle de peinture espagnole.
Jose de Ribera (1591-1652) : St Jérôme. (coll. La Caze)

Dhomenokos Theotokopoulos, dit El Greco (1541-1614) : St François recevant les stigmates.

Francisco de Zurbaran (1598-1664) : Felipe de Guimaran, Père de la Merci. (coll. La Caze) Grande toile majestueuse, le Père en vêtement blanc.


Alonso Cano (1604-67) : Christ à la colonne. Clair obscur.
Juan Carreno de Miranda (1614-85) : Portrait de la reine Marie-Anne d'Autriche.
Bartolomé Perez (1634-93) : Symbole eucharistique ceint de fleurs et de fruits.

Salles de peinture italienne.

Carlo Maratta (1625-1713) : Prédication de St Jean-Baptiste.
Luca Forte (Naples XVII e) : Nature morte aux nèfles - Nature morte aux figues. (coll. La Caze)
Andrea Solario (1470-1524) : Sainte Famille. Le panneau avec son cadre d'origine est placé dans une niche verte ! Un ange à gauche ; Joseph à droite.
Bartolomeo Caravoglia (1620-80) : Portrait de Cyprien de Bordenave.
Carlo Nuvolone (1608-61) : Loth enivré par ses filles.
Giacomo Francesco Cipper, dit Todeschini (XVIII e): Jeune garçon jouant du Luth et chantant. (coll. La Caze)
Gaspare Traversi (1722-70) : L'Ivresse de Noé. Noé est étendu nu, à droite ; à gauche, l'un de ses fils se détourne.
Vittore Ghislandi (1655-1743) : Autoportrait.
Luca Giordano (1634-1705) : Un Philosophe. Beau et puissant clair obscur. L'homme, en train d'écrire, est proche des personnages des tableaux de Bordeaux.
Giambattista Piazzetta (1683-1754) : Jeune fille filant. (coll. La Caze)
Pietro della Vecchia (1605-78) : Tobie prélevant le cœur et le foi du poisson. Œuvre étrange, un peu maniériste.
Luca Carlevaris (1665-1731) : Port de mer.
Alonso Rodriguez (1578-1648) : La Cène à Emmaüs. Jésus, au centre, est encadré par deux apôtres.




Salles de peinture hollandaise.
Nicolas Knupfer (1603-55) : Pyrame et Thisbé.
Dominicus van Wijnen, dit Ascanius (1661-1710) : La Métamorphose d'Aeson.
 

Jan Lievens (1607-74) : Portrait d'homme. (coll. La Caze)


Jan van Huysum (1682-1749) : Fleurs et fruits.
Nicolas Berchem (1620-83) : Le Retour de Tobie.
Bartholomeus van der Helst (1613-70) : Portrait de femme. (coll. La Caze)
 

Lucas Franchoys (1616-81) : St Grégoire. (coll. La Caze)

Salles de peinture flamande.
Peter Neefs le jeune (1620-75) : Cathédrale d'Anvers. Très beau.

Johann de Cordua (1630-1702) : Vanité au buste. Un crâne posé sur une pipe en terre blanche. Belle œuvre.
Frans II Francken (1581-1642) : Christ en croix entre les deux Larrons. Les cavaliers sont vêtus de costumes orientalisants chamarrés. (cat.)
David Teniers (1610-90) : La Traite du troupeau. Scène champêtre. (coll. La Caze)
Jan Miel (1599-1664) : Pastorale avec bergère endormie.

Jacob Jordaens (1593-1678) : Hébé. Echanson de Zeus avant Ganymède. En bas à gauche, le monstre Cerbère. (coll. La Caze)
Cornelis de Vos (1585-1651) : Madeleine pénitente.

David III Ryckaert : Philémon et Baucis.

Pierre-Paul Rubens : Achille vainqueur d'Hector. Beau. Destiné à une tapisserie.
Pierre-Paul Rubens (1577-1640) : Thétis recevant de Vulcain les armes d'Achille. ("pendant" du précédent) Très beau. Destiné à une tapisserie.
Le Jugement dernier. Esquisse traitée en grisaille.
Erasme II Quellin (1607-78) : Ulysse à la cour de Lycomède. Achille (revêtu de vêtements féminins) découvert parmi les filles de Lycomède, au moment où il saisit un poignard. A droite, les filles s'intéressent aux bijoux. (coll. La Caze)
Jan Brueghel, dit de velours (1568-1625) : L'Entrée dans l'Arche. Version semblable à celle d'Orléans.



Gérard Hoet (1648-1733) : L'Adoration du Veau d'or.


Jean-François, dit Francisque Millet (1642-79) : Départ de Tobie. (coll. La Caze)
J.-Baptiste Oudry, d'après Desportes : L'Hallali du cerf. (coll. La Caze) 
Charles Natoire : La Vocation de St Pierre. Esquisse

Carle van Loo (1705-65) : Mlle Clairon en Médée.
Carle van Loo (1705-65) : Endymion et Séléné. (La Caze)
Jean-Marc Nattier (1685-1768) : Mme Henriette en Vestale. (coll. La Caze)
Hubert Robert (1733-1808) : L'Incendie de l'Opéra au Palais Royal - Les Cascatelles de Tivoli. (cat.) Louis-Jean-François Lagrenée (1724-1805) : La Mort de Cléopâtre. Beau.
Etienne Le Sueur () : Portrait de Louis Thomassin.
Louis-Roland Trinquesse (1746-93) : L'Escarpolette.
Alexis-Simon Belle (1674-1734) : Portrait de Mme de la Sablonnière et sa fille.
Nicolas de Largillierre (1656-1746) : Portrait de Mlle de Barval en Diane. (coll. La Caze)
Claude Lefebvre (1632-75) : Portrait de Colbert.

François de Troy (1645-1730) : Portrait de Mme de Miramion. (coll. La Caze)

Au premier étage
Jean-Joseph Benjamin-Constant (1845-1902) : Les Chérifas. Scène de harem : Un homme (à droite), et trois femmes nues. Scène d'intérieur, lumière tamisée. Dominantes rouges. (autre version à Carcassonne)

Edmond de Boislecomte (1849-1923) : Le Palier des exécutions à l'Alhambra de Grenade. Composition orientaliste.

Henri Regnault (1843-71) : Berger des Montagnes de la Castille.
Léon Bonnat (1833-1922) : Mme Pascal et son chien Tiny.
George Romney (1829-74) : Portrait d'un jeune garçon (coll. La Caze)


Sir David Wilkie (1785-1841) : Autoportrait. Très beau.

Edgar de Gas, dit Degas (1834-1917) : Un Bureau de coton à la Nouvelle-Orléans. Œuvre célèbre. Première toile du maître à entrer dans une collection publique française.


Berthe Morisot (1841-95) : Pasie cousant dans le jardin de Bougival (1881).


Eugène Isabey (1803-86) : La Passerelle sur le Gave.
Eugène Isabey (1803-86) : Vue de Dieppe.
Georges Michel : Le Moulin d'Argenteuil.
Camille Corot - Troyon - Stanislas Lépine - Eugène Boudin - Albert Lebourg -
Gustave Loiseau
- Charles Lacoste - Anders Zorn - Henri Rouart.
Jules Dupré : Le Cirque de Gavarnie.
Henri Fantin-Latour : Danses.


Albert Marquet - Henri Le Sidaner - Edouard Vuillard - Othon Friesz -
André-Jules Sureda (1872-1930) : Musulmanes au Cimetière d'El-Kettar (1905).
Paul Jouve - Maurice Marinot - Yves Brayer.
Auguste Rodin : Le Sphinx. Plâtre.

Emile Aubry : La Voix de Pan. Etude.


Roger-Robert Nivelt : Aminata.


Lucien Simon : Les Musiciens (acquis en 2004)


Lucien Simon : Portrait d'Aman-Jean.


André Lhote : Les deux Amies.


André Lhote : Le 14 juillet en Avignon (1923)

Bernard Boutet de Monvel (1881-1949) : Le Pensionnat de Nemours. Défilé de fillettes vêtues de noir, suivies de deux accompagnatrices et d'une sœur.
Ismaël de La Serna (1889-1968) : Vanité. Œuvre cubiste. Crâne, vase, et violon, posés sur un guéridon.
Maurice Marinot - Roger Bissière - Kees van Dongen -


Joaquim Sorolla y Bastida (1863-1923) : La Préparation des Raisins secs (1901).Victor Galos (1828-79) : Plusieurs oeuvres
-Autoportrait - Sentier dans la vallée de Lutour - Vue de la Vallée d'Ossau - etc.
Gaston Balande : Improvisation (1923)
Jules Pages : Mariniers au Pont-Neuf à Paris.



William Laparra : Manuel et sa Fiancée (1906)

Bernard Boutet-de-Monvel : Jean-Louis Boussingault peignant, et Dunoyer de Segonzac (1914).
Ignacio Zuloaga y Zabaleta : Les Pénitents de Roda (1902)
Le Palais des Rois d'Aragon à Tarassone.

Ernest Bordes : Le Concierge est Tailleur (1881)


Louis Capdevielle : Espagnols.
Alfred Roll : Mariane Offret, Cireuse de vert.


Théophile Louis Deyrolle : Le Repos des Faneurs

Edouard Debat-Ponsan : Le Sillon (1897)


Paul Eugène René Sieffert : I Barcatori.

Plusieurs salles d'art contemporain :
Louise Nevelson - François Dufrêne - Jacques de Villeglé -
Raymond Hains - Claude Viallat - Manolo Millares -
Arman - Jan Voss - Robert Combas - César - Ben -
Daniel Spoerri - Peter Klasen - Fabien
("Le Saut de l'ange") -
Simone Le Carré Galimard - Louis Pons - Gaston Chaissac - Man Ray -
Patrice Cadiou - Gérard Fromanger - Equipo Cronica -
Vladimir Vélikovic - Dado - Jean-Pierre Ugarte -

Jean-Marie Poumeyrol : Bateau sauvetage (2003)


Jean-Marie Poumeyrol
Pierre Soust - Atila - Victor Vasarely -
Jésus-Raphaël Soto - J. Poli - Emile Gilioli - Lucio Fanti - Jean Arp.



Henri Cueco : La Capture du Rhinocéros (1970).
Henri Cueco : L'Ex-voto de 1662.
Robert Leiris : La Mort de Saint-Exupéry (1987). Sculpture métal.

Jacques Monory : Meurtre n° VIII.
Jacques Monory : Fuite n° 3.


Jacques Monory : La Fin de Madame Gardénia.

Le musée mène une active politique d'enrichissement des collections.
Quelques acquisitions récentes :

Février 2005 - Eugène Devéria () : ensemble de 5 esquisses préparatoires.
L’Adoration de mages - Jésus et les docteurs - La Résurrection de Lazare - La Descente de Croix - La Résurrection du Christ.


Juillet 2006 - Simone Cantarini (1612-1648) : Agar et l'Ange. Préemption en vente publique à Clermont-Ferrand pour la somme de 171 000 € (frais compris).

Sept 2006 - Vicente López Portaña (1772-1850) : Les Rois Catholiques recevant les ambassadeurs du roi de Fez. L’esquisse inédite, qui vient d’être acquise par le Musée de Pau auprès de la galerie Jacques Leegenhoek à Paris, est préparatoire à ce concours. Une autre, similaire, est conservée au Musée San Pio V de Valence.
Sept 2007 - Giulio Carpioni (1613-1679) : Liriopé présentant Narcisse à Tirésias.

Octobre 2008 - Nicolas Eliasz, dit Pickenoy (1591-1656) : Le Jugement Dernier.

Octobre 2009 - Francesco Trevisani (1656-1746) : La Mort d'Alexandre



Pau - Boulevard des Pyrénées : La sculpture d'Ernest Gabard déplacée dans le parc Beaumont ?
Ernest Gabard (1879-1957) : La Fontaine aux Enfants (Pau). Marbre (en cours de restauration ?)



4 commentaires:

Costar a dit…

Bonjour Monsieur,
Vous attribuez à Bernard Boutet de Monvel le tableau intitulé "le pensionnat de nemours". Or sur de nombreux sites internet (notamment le site de son biographe - Addade http://www.stephane-jacques-addade.com/fr/ ainsi que sur Wikipedia), ce tableau est attribué à son père, Maurice. Il est d'ailleurs beaucoup plus proche du style de Maurice en 1909 que de celui de son fils, plus sauvage à cette époque où il n'a pas encore simplifié son style.
Aussi, êtes-vous absolument certain des notes prises lors de votre visite au musée de Pau ou avez-vous reconstitué le prénom après coup, hors du musée.

Cette question pourra vous sembler futile, mais elle est importante pour moi. Je vous expose les faits.
Je compte écrire très prochainement une petite chronique sur un tableau d'un Boutet de Monvel que j'ai photographié au musée de Brest (l'enterrement à Nemours), tellement persuadé qu'il était de Maurice que je n'ai pas cru bon de photographier l'étiquette. Hélas la signature est illisible sur ce grand format, dans l'ombre. Recherchant sur votre blog les détails de ce tableau, je ne trouve que la citation de quelque noms de peintres seulement évoqués à la fin de votre billet, et vous citez Bernard Boutet de Monvel.
Depuis je suis perdu, je ne trouve nulle part le moyen d'identifier l'auteur de l'enterrement.
Si vous êtes certain d'avoir noté directement les prénoms dans les musées de Pau et de Brest et qu'ils étaient à chaque fois Bernard, alors je devrais réviser les idées que je me suis faites sur le style du fils dans sa jeunesse et corriger ma chronique en cours.
Je vous remercie de ne pas prendre ma requête pour un affront. J'admire réellement le travail encyclopédique et unique que vous apportez sur internet.
P. Costar

Jean-Louis Gautreau a dit…

Cher Monsieur,

Je suis désolé de vous avoir causé quelque inquiétude -
Il existe plusieurs versions de ce tableau, "Le Pensionnat de Nemours", au musée de Pau et à Boulogne-Billancourt (présence d'un autre grand tableau de Bernard B de M à Boulogne-B).
Je prends parfois mes notes azzez rapidement, et certains internautes me signalent quelques erreurs que je m'empresse de corriger après vérification.
Cependant, aussi bien à Pau qu'à Boulogne-Billancourt, j'ai noté le nom de Bernard B de M (comme je sais que le père et le fils étaient peintres, je fais généralement attention) - de plus après vérification sur la base Joconde (très officielle) le nom de Bernard B de M figure bien pour ce tableau.
Bien que Maurice B de Monvel soit né à Orléans, je connais assez mal son oeuvre.
Je ne peux vous en dire plus.

Bien cordialement

Costar a dit…

Je vous remercie de cette réponse qui confirme au moins que les tableaux de Pau et de Brest sont attribués par les musées à Bernard. Il me reste à comprendre comment Bernard, qui débutait comme peintre entre 1905 et 1910 et dont les oeuvres que je connaissais de cette période étaient plutôt "post-impressionnistes" aurait pu peindre ces deux tableaux, alors que son père à la fin de sa vie, influencé par son propre travail d'illustrateur, simplifiait ses compositions comme sur les tableaux de Pau et Brest.
Il me faut trouver d'autres sources d'information encore, mais je vous remercie de votre témoignage.
Cordialement.

Jean-Louis Gautreau a dit…

Cher monsieur,
je vous signale par ailleurs que le tableau de Boulogne-Billancourt est très lisiblement SIGNE : BERNARD B. DE MONVEL (en bas à gauche - sur ma photo numérique HD, il n'y a aucun doute).
Cordialement