samedi 18 novembre 2017

SAUMUR - château-musée



Château-musée
(département : Maine-et-Loire)

Visite le samedi 23 septembre 2017

En 1227, Saint Louis fait rehausser le fort puis, à partir de 1367, Louis 1er d’Anjou, petit-fils de Philippe VI, fait remplacer les vieilles tours rondes par des tours octogonales.
Le roi René d’Anjou, dit le bon roi René, écrivain, homme cultivé et bâtisseur de forteresse (Tarascon), améliore sensiblement le confort de l'ensemble du château qu'il surnomme le « château d'amour ». Au XVIe siècle, l'italien Bartolomeo renforce les défenses du château. Précurseur, il fit construire autour du château médiéval des défenses basses, des bastions et courtines suivant un plan en étoile étonnement moderne, un siècle avant Vauban. Le château a été immortalisé dans le manuscrit des Très Riches Heures du duc de Berry dans le folio du mois de septembre qui représente les vendanges au pied du château. 
Le Château de Saumur, façade sud. Miniature de « septembre » dans Les Très Riches Heures du duc de Berry (vers 1440, musée Condé)

Au début du XXe siècle, la ville rachète le château à l'État et le rénove progressivement, y installe le musée des arts décoratifs (donation du comte Charles Lair pour une majeure partie des œuvres exposées, céramique et mobilier) ainsi que celui du Harnachement.

Collection de tapisseries
-« Bal des sauvages » – Flandres (1470-45). Provient de l’église ND de Nantilly à Saumur

Vierge et l’enfant. Bois de cerisier polychrome (14e)

-« La Prise de Jérusalem » – Flandres (1470-1500). Dépôt de l’église ND de Nantilly. Cette tapisserie faisait partie d’une tenture appelée « La Vengeance de Notre Seigneur ».
Buste d’évêque. Noyer taillé. Pays-Bas (16e)
-autre buste. Noyer taillé. Pays-Bas (16e)

Pays-Bas (16e) : Les œuvres de Miséricorde. Bas-relief sur chêne taillé polychrome.

Anonyme (17e) : Les dix milles Martyrs du Mont Ararat

Anonyme (début 18e) : Portrait de Louise Françoise de Rochechouart-Mortemart

Anonyme (c. 1610) : Portrait présumé de Philippe Duplessis-Mornay (1549-1623)

Coffre (Normandie milieu 16e) – décor de Diane et Actéon

France (16e) : St Augustin. Bois polychrome

Allemagne (16e) : St Augustin – St Étienne – St Laurent. Bois
-Anonyme (17e) : Portrait de Mlle de Blois (fille de Louis XIV)

Salle des céramiques : Rouen – Nevers – Moustiers, etc.
 
Sur les murs, ensemble de tapisseries des Gobelins (18e) : « Les Enfants Jardiniers »
(« Le grand Printemps » (3 panneaux) - et « le Printemps »)

Adriaen van Utrecht (1599-1652) : Basse-cour (1647)
-Anonyme (Venise 17e) : Vénus, Amour et un Faune

Ec. de Jan I Brueghel : Vénus dans la Forge de Vulcain

Dans le boudoir
Anonyme (18e) : Portrait de Marguerite Le Royer de Chantepie

Anonyme (18e) : Portrait de Florimond Le Royer de Chantepie


Dans l’ancienne chambre du roi René
Anonyme (début 18e) : Portrait de la duchesse de Lauzun (à gauche)
Anonyme (fin 17e) : Amour tenant un arc. Portrait présumé du comte de Toulouse

Alexis Simon Belle (1674-734) : Portrait du duc de Lauzun (c. 1710-15). Une autre version au musée de La Rochelle.

Anonyme (c. 1700) : Portrait de Philippe V, roi d’Espagne, à 16 ans

Anonyme (début 18e) : Portrait de Jeanne-Elisabeth Lelièvre Descroix de Singé





Aucun commentaire: