mercredi 1 avril 2009

LE MANS

Entrée principale


Musée de Tessé (Beaux-Arts)
2 Avenue de Paderborn (département : Sarthe)

Dernière visite du musée de Tessé, le jeudi 21 octobre 2010.
Au Mans, le musée de Tessé est un ancien édifice épiscopal ayant appartenu au Maréchal de Tessé. La demeure abrite de belles collections de peintures, sculptures et divers objets d’art.
Dans le jardin, devant l'entrée du musée, deux magnifiques marbres sont restés exposés aux intempéries pendant de longues années. Ils ont enfin été mis à l'abri, et, après restauration, sont présentés dans le hall d'entrée depuis l'été 2009.
"Comme d'habitude", plusieurs salles sont fermées en raison d'une exposition temporaire en préparation... Aux dépends des collections permanentes... (phénomène fréquent, très agaçant !)
Dans le hall d'entrée :Ernest Christophe (1827-92) : Le Baiser suprême. Marbre (1891). Un poème de Leconte de l'Isle est gravé à la base du marbre ; il fait référence à une "chimère". Il s'agit d'un être qui a un torse et une tête de femme, sur un corps de lionne ; cela ressemble plutôt à une sphinx. La chimère tient entre ses griffes le corps d'un jeune homme, et l'embrasse avant de le tuer.
Just Becquet (1859-1884) : un superbe Saint Sébastien. Marbre (Salon de 1884). Debout, les jambes fléchies, le dos renversé contre un tronc d'arbre, le bras gauche levé.

Artemisia Gentileschi (attr. à) (1593-1652) : Allégorie de la Peinture.
J.-L. Verdier : La Ferme de Ker Emma (1898)



Salle 7 (à gauche) – Ecoles du nord
Joost-Cornelisz Droochsloot (1586-1666) : Rixe de Paysans (1653)

Atel. de Frans II Francken (1581-1642) : Le Passage de la Mer rouge.
-Entrée de Noé dans l’Arche
.
Ec. flamande (17e) : Joueur de Luth et chanteuse.
Atel. de David Téniers (1610-90) : Scène de Cabaret.
Hendrik de Clerk et Denis van Alsloot : La Mort d’Adonis (c. 1620)
Mathieu Schoevaerdts (17e) (Attr. à) : 2 pendants.
Vue de Paris avec le Pont Neuf - Un Port de Mer.


Matheus van Helmont (1623-79) : Un Marché.
Pieter van Boucle (17e) (Attr. à) : Nature morte aux Poissons et aux Huîtres.

Ec. de Rubens (17e) : Banquet d’Acheloüs. Ancienne collection La Caze.


Salle 8 – collections du château de Vernie
Ec. française (18e) : Les Maîtresses du Roy. Quatre tableaux d’une série de neuf. Cet ensemble avait été commandé par le maréchal de Tessé. Les toiles étaient insérées dans les boiseries d’un cabinet. Il s’agit du seul exemple connu de "maîtresses royales à cheval".

Copie d'après Hyacinthe Rigaud : Le maréchal de Tessé (1700).
René III de Froulay, comte de Tessé (Le Mans, 1648 - 1725), lieutenant-général pour les provinces du Maine, du Perche et de Laval, maréchal de France (en 1703), général des galères de France, premier écuyer de la Dauphine et grand d'Espagne, chevalier de l'ordre de la Toison d'Or, fut officier général de Louis XIV et diplomate sous la Régence.
Laumosnier (fin 17e-début 18e) : Portrait en pied du maréchal de Tessé.
-Entrevue de Louis XIV et de Philippe IV dans l’île des Faisans (6-7 juin 1660).
Ec. française (18e) : Les Chevaux du Roy. Cette suite de 4 toiles provient du château de Vernie, elle a été commandée par le maréchal de Tessé pour orner un cabinet.

Pierre-Denis Martin (1663-1742) : Le Roman comique. Enlèvement du curé de Domfront.
4 toiles d’une série de 16, illustrant 22 scènes du célèbre roman écrit par le poète Scarron. Commandé par le maréchal de Tessé. (la série complète se trouve dans les collections du musée)

Johannes Bernardus Duvivier (1762-1837) : Meutre de Camille (1799)


Salle 9 – Peintres du XIXe s.

J.-Jacques François Monanteuil (1785-1860) : Le vieux Maître d’école.

J.-Jacques François Monanteuil : Paysan breton (1834).

J.-Jacques François Monanteuil : Amazone (1830)
Emile Valentin Berthélemy (1855-1928) : Après le Café.
Ernst Stückelberg (1831-1903) : Tête d’enfants (1864)
Amédée-Elie Servin (1829-85) : Intérieur d’étable.
Constant Troyon (1810-65) : Un Fermier dans sa charrette.


John Constable (1776-1837) : Malvern Hall. Paysage.
Georges Michel (1763-1843) : Paysage d’Orage.
J.-Baptiste Camille Corot (1796-1875) : L’Etang de Ville-d’Avray.


J.-Baptiste Berlot (1775-1836) : Ruines d’un Bain antique (1808).
Julien Dupré (1851-1910) : Les Lieurs de Gerbes (1878)
François-Nicolas Feyen-Perrin (1826-88) : Retour de Pêche.
Joseph Bail (1862-1921) : Fruits et Gobelets.


Salle 3 – 16e – XVIIe s.

Jacopo Vignali (1592-1664) : Orphée et Eurydice (c. 1625-30)

Pietro Bernini (Attr. à) : Adam et Eve. (Père de Gian Lorenzo Bernini). (à droite, les 2 tableaux de Le Sueur)
Eustache Le Sueur (1617-1655) : 2 pendants.
Cincinnatus quitte sa charrue – Cincinnatus retourne à sa charrue.
Ec. française (17e) : La Chasse de Diane (c. 1650)
Attr. à San di Pietro ((14e) : Sainte Agathe.

Charles Le Brun (1619-90) : Dieu dans sa Gloire (c. 1675). Esquisse d'une peinture plafonnante.
Tomaso di Stefano (1495-1564) : Portrait d’homme.
Guido Reni (d’après) : Le Martyre de Ste Apollonie.


Nicolas Tournier (1590-1639) : Réunion de Buveurs.

Bartolomeo Manfredi (1582-1622) : Couronnement d'épines (c.1615).


Attr. à Mattia Preti (1613-99) : Le Retour du Fils prodigue (c. 1650-52)

Salle 4 – XVIIe s.
Isaac Moillon (1614-73) : Eole donnant les Vents à Ulysse. Carton de tapisserie.

Philippe de Champaigne (1602-74) : -Vanité. Petit tableau très célèbre et souvent reproduit. Un crâne, en vue frontale, est encadré d'une tulipe dans un petit vase de verre (à gauche), et d'un sablier (à droite). Œuvre sobre, puissante, inquiétante, composée avec un sens du monumental.
Philippe de Champaigne : Le Sommeil d'Elie. Un ange vêtu de blanc, et aux ailes blanches déployées, domine Elie endormi ; il lui touche le front pour le réveiller et lui indique le chemin à suivre. Une grande draperie rose entoure l'ange et s'oppose au bleu intense de la robe d'Elie. Belle harmonie de rose, bleu, blanc, gris, et brun. Le prophète Elie est menacé par Achab, le roi d'Israël. Il se sauve dans le désert où il demande à Dieu de le faire mourir. Un ange le réveille, lui apporte un gâteau et de l'eau (à l'arrière plan à droite), et l'envoie, pour une marche de quarante jours, sur la montagne d'Horeb.
Philippe de Champaigne : Adoration des Mages. La sainte Famille, rassemblée à gauche, est surmontée d'un groupe de trois angelots. La Vierge est vêtue de rouge et bleu. A droite, les trois mages ; au premier plan, le mage, prosterné sur le sol, est revêtu d'un somptueux manteau de brocart noir et or. A l'arrière plan, un jeune garçon souffle sur les braises d'un encensoir. Trois soldats observent la scène. Les deux zones principales sont séparées visuellement par un mur de pierres vertical.

Simon Vouet : Ste Véronique présente le voile (c. 1628-29). Provient de l’abbaye St-Vincent.
D’après Georges de la Tour (17e) : L’Extase de saint François (c. 1640-45). Copie d’époque d’un original disparu.

Salle 5 – Ecoles du nord XVIIe s.
Alexander Coosemans (1627-1689) : Allégorie de l'Eucharistie.
Matthias Withoos (1627-1703) : Paysage italianisant et Fleurs (c. 1670-80)

Willem Kalf (1619-93) : Grande nature morte aux Armures. Le chef-d'oeuvre du peintre. Monumentale et somptueuse composition. Eblouissant. Le plus grand tableau de cet artiste que je connaisse.

Willem Kalf : Petite nature morte au Nautile (1643).

Lumen Portengen (17e) : Réunion musicale (1643).


Salle 6 – XVIIIe s.
D’après Antoine Coypel (1661-1722) : Bacchus consolant Ariane du départ de Thésée.

Anne Vallayer-Coster (1744-1818) : Nature morte au Coq et à la Poule blanche.
J.-Baptiste Lallemand (1716-1803) : Paysage de la Campagne romaine.
Gaetano Gandolfi (1734-1802) : Orphée et Eurydice (c. 1780)


François Boucher : La Mort de Socrate. (Camaïeu gris)
J.-Baptiste Deshays (1729-65) : La Délivrance de St Pierre.
Nicolas de Largillierre : Portrait de Renée Elizabeth Pucelle (c. 1700)

Nicolas de Largillierre : Portrait de magistrat (c. 1690-1700).
François de Troy : Le Peintre et sa famille (c.1708-14).
Pierre Parrocel (1670-1739) : Allégorie de l’Union de l’Eglise et de la France (1726).
Bernard II Van Risen Burg (c. 1700-66) : Secrétaire-bibliothèque (1755). Ce meuble provient du cabinet de retraite de Louis XV au Grand Trianon. Il fut vendu en septembre 1793.


Premier étage
Salle 6 – Portraits et autoportraits XIXe s.
J.-Victor Schnetz (1787-1870) : Portrait de l’architecte Lusson (1817).
Charles Suan (1815-92) : Portrait d’Auguste Trotté de la Roche (1850). Pastel.
J.-Jacques François Monanteuil (1785-1860) : Autoportrait.

Charles Morancé (1872-1935) : Autoportrait.


Lionel Royer (1852-1926) : Portrait de jeune Garçon, en pied.

Théodore Géricault (1791-1824) : Portrait présumé d’Olivier Bro (c. 1818).


Ange Tissier (1814-1876) : Portrait de la comtesse de Saint-Paterne.
René-Théodore Berthon (1776-1859) : Portrait de Mme Desportes - Portrait du Dr Eugène Desportes.
Entourage de Jacques-Louis David : Portrait de famille d’un conventionnel. Anciennement attribué à Jacques Louis David : dit autrefois "Le Conventionnel Michel Gérard et sa famille". Célèbre et superbe portrait de groupe.
Emile Soldi (1846-1906) : Buste du peintre Jacques-Louis David. Marbre.


Salle7 – Peintres du XXe s.
Ensemble de peintures de Maurice Loutreuil (1885-1925).
Autoportrait - Le Sénégalais, étude de tête – Le Gosse – Portrait du peintre Marcel Chotin – Nature morte au pain – etc.
Roger de La Fresnaye (Le Mans, 1885-1925) : Nature morte aux Livres et Cartons (1913) – Portrait de Guynemer (c. 1922).

-Mademoiselle Maria Zimmerortrait.

Roger de la Fresnaye : Autoportrait au chevalet (1907-08).

Georges Jeanclos (1933-97) : Le Fils prodigue (1992). Terre cuite.


Autres œuvres vues lors de visites précédentes :
Laurent de la Hyre (1606-56) : Le Christ au jardin des oliviers.
Jean Jouvenet : Présentation de Jésus au Temple.

Jacques Stella (1596-1657) : L'adoration des Anges ou Le Sommeil de l’enfant Jésus.
Eustache Le Sueur : Poliphile assiste au triomphe de Bacchus.

Pierre Bouillon (1776-1831) : Jésus ressuscitant le fils de la veuve de Naïm.

Bon Boullogne, l'Aîné (1649-1717) : Sémélé.
Jean Tassel : Adoration des Bergers.


Albert Cuyp (1620-1691) : Portrait de femme.

Theodor Rombouts : Le Repas.

Bronzino
: Portrait de femme.
Maître de Vivoin (ensemble incomplet de 4 panneaux) : Vierge à l'enfant et St Benoît - Adoration des Mages - Descente de croix - martyre de St Hyppolite (écartelé).

Primitifs italiens. Collection achetée en 1863.
Lippo Memmi (Sienne).
Bernardino Daddi
(Florence).

Francesco di Stefano (Florence, vers 1422-1457), dit Pesellino : Pénitence de David ou David devant Nathan.

Francesco di Stefano (Florence, vers 1422-1457), dit Pesellino : La Mort d'Absalon.
Maître de San Miniato : Vierge à l'enfant.
Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson (Montargis 1767-1824) : Grand Prix de Rome 1789.
Nabuchodonosor faisant tuer les enfants de Sédécias en présence de leur père. Fin du royaume de Juda. (deuxième tentative au concours du Prix de Rome, 1787)
Evariste-Vital Luminais (1822-96) : Un Maraudeur.

François Marius Granet (1775-1849) - J.-Baptiste Isabey (1767-1855).

A signaler aussi les collections égyptiennes, installées dans les sous-sols du musée.

Ensemble de sarcophages.

Reconstitution de la tombe de la reine Nofretari, épouse préférée du pharaon Ramsès II. Une initiative étonnante et spectaculaire du musée.

Reconstitution de la chambre funéraire de Sennefer.




Le Carré Plantagenêt

Ce nouveau musée d'archéologie et d'histoire est situé en plein quartier historique. Il accueille les collections d'objets provenant des périodes préhistorique, gallo-romaine, et médiévale. Un bel espace où de larges ouvertures permettent d'admirer la vieille ville.


Salle médiévale.

Trésor de Coëffort : 31 pièces d'orfèvrerie civile en argent (fin 14e s.), trouvées en 1953 dans l'ancien Hôtel-Dieu.

Une pièce exceptionnelle :

-->
Effigie de Geoffroy V d'Anjou sur sa tombe au Mans
Père de Henri II Plantagenêt, il meurt le 7 septembre 1151 à Château-du-Loir (Comté du Maine, actuel département de la Sarthe), d'un refroidissement suite à une baignade dans le Loir. Son corps fut inhumé dans la cathédrale du Mans. La plaque tombale en cuivre et émail champlevée, ciselée peu avant 1160, fut commandée par Guillaume de Passavant, évêque de la ville. C'est la plus grande pièce (63 x 34 cm) qu'ait laissé le Moyen Âge occidental.



4 commentaires:

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Jean-Louis Gautreau a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Merci monsieur de partager votre passion

Jean-Louis Gautreau a dit…

Merci pour votre petit mot.
Je le fais évidemment avec beaucoup de plaisir.

Cordialement