dimanche 14 juin 2009

LANGRES


Vue aérienne de la ville de Langres, entourée de remparts.

Cathédrale Saint-MammèsClaus de Werve (connu entre 1396 et1439) : Christ au tombeau. Pierre.
La cathédrale de Langres conservait avant 1789 un groupe sculpté du début du XVe siècle représentant la Mise au tombeau. Les sept personnages qui entouraient le corps du Christ, connus par une description faite au XVIIIe siècle par un historien local, ont disparu dans la tourmente révolutionnaire, et seule cette dernière figure survécut, déplacée dans la chapelle du couvent de l'Annonciade. Bien que connue, cette œuvre, défigurée par une polychromie moderne, était sous-estimée, lorsque Pierre Quarré, alors conservateur au musée des Beaux-Arts de Dijon, obtint en 1970 qu'elle fût débarrassée de ses couches de peinture. Il eut alors la conviction, partagée depuis par tous les spécialistes, qu'il s'agissait en réalité d'une réalisation du célèbre sculpteur Claus de Werve. Le gisant fut classé Monument Historique en 1980. En 2006 l'évêque de Langres, Mgr Philippe Gueneley, décida d'en faire don à l'Etat à condition qu'il retourne à la cathédrale, et qu'il y soit exposé en permanence.
A cette occasion, l'œuvre a été étudiée et restaurée. On a pu constater qu'elle était en bon état et qu'elle conservait, outre la peinture rouge marquant le sang des plaies, des traces de couleur ocre qui recouvrait auparavant entièrement le corps. Un socle a été construit pour l'occasion et le Christ placé dans la chapelle Saint-Luc-Huin, la première à droite dans le déambulatoire. 

Dans l'église St Martin
José de Ribera : Le Christ parmi les Docteurs. On ne sait pas comment cette toile est parvenue à Langres.


Musée d’Art et d’Histoire Musée du Breuil-Saint-Germain
(département : Haute-Marne)

Visite du musée de Langres le samedi 14 avril 2007.

Musée
ouvert en 1997. L’église St Didier (XIIe s.) est intégrée dans le parcours du musée. Intéressant.

Au premier étage
Joseph-Nicolas Robert-Fleury (1797-1890) : Coriolan désarmé par sa mère.
Emile-Joseph Humblot (1862-1931) : Vue prise à Champlitte. Paysage. Nombreux paysages de la région.
Victor Thirion (1837-78) : Après l’école. Une jeune adolescente allongée dans l’herbe.
Edgard Cugnotet (19e) : Le Joueur de Vielle.
François Devosges (1732-1811) : Portrait du sculpteur Edme Gaulle.

Espace des sculptures 19e

Paul-Henri Hudelet (1848-78) : Des pêcheurs trouvent sur les bords de l’Ebre la tête d’Orphée. Haut-relief en plâtre. Au centre, beau jeune homme nu, un genou à terre ; à droite, jeune garçon nu, debout, debout un homme âgé.

Paul-Henri Hudelet : Joueur de dés. Un jeune garçon accroupi, un genou à terre. Joli bronze.

J.-Baptiste Mussot : Faune flûteux. Plâtre inspiré par le Faune du Louvre, mais traité de façon néoclassique ; jeune ado mince et gracile.

Gustave Courbet
: Tempête sur la mer – Combe du Jura.
Rosa Bonheur : 2 paysages.

Jules-Claude Ziegler (1804-56) : Giotto dans l’atelier de Cimabue. (réplique à Bordeaux)
L’Imagination – La Vierge de Bourgogne – Daniel dans la Fosse aux lions.
La Rosée répandant ses perles sur les fleurs
.

Bernard Guidel : Le Berger Aristée.


Salle Diderot
Divers objets ayant appartenu à Denis Diderot, écrivain, philosophe et encyclopédiste, natif de Langres : écritoire – pendule (« La Lecture ») – canne - etc.
Deux maquettes en plâtre de Bartholdi, pour un monument à Diderot. La statue en bronze de Denis Diderot par Bartholdi se dresse sur une place de la ville.

Frédéric-Auguste Bartholdi (1834-1904) : Monument à Diderot.

Evariste Luminais
: Les Pêcheurs de Homards sur la côte de Bretagne.
Alfred-Emile Lévy (1824-96) : Singes débouchant une bouteille de vin.


Salle de peintures 17-18e

Louis-Michel van Loo (1707-71) : Portrait de Denis Diderot. Ce portrait se trouve maintenant dans la Maison des Lumières Denis Diderot


François de Troy : Portrait de Jean Racine.
Jacques Courtois : Choc de cavalerie.
Jean Ranc (1674-1735) : Portrait de femme.
Jacques Bertaux (18e-19e) : Attaque d’un convoi.
Cornelisz de Heem (1631-95) : Nature morte aux fruits.
Claude Gillot (1673-72) : La Scène des tréteaux.


Jean Michelin (1623-95) (et atelier) : L'Adoration des Bergers.

Jean Simon Berthélemy (1743-1811) : Apollon et Sarpédon. Belle toile. Beau nu d’Apollon. Fils de Jupiter, tué par Patrocle.


Jean Tassel (Langres, 1608-67) : Le Martyre de sainte Martine
– Mort de saint Joseph. La Pentecôte – Portrait en pèlerin – Mucius Scaevola devant Porsenna – Les soldats maraudeurs – St Michel terrassant le dragon – Crucifixion – Tête de Vierge – Moïse frappant le rocher.


Jean Leclerc (1587-1633) : Adoration des Bergers.
Léonard Coccorante (18e) : 2 pendants. Tableaux d’architecture.
Pieter van Boucle (1610-73) : Perroquets et oiseaux.
Jean Michelin : Adoration des Bergers.
Peter van Lint (1609-90) : La Vierge entre les vierges.
Charles Le Brun : La Chutes des Anges rebelles. Plafonnant.
 

Michel Dumas (1812-85) : Fra Angelico de Fiesole (1845 - acquis en 2015). 209 x 173 cm


La chapelle

Belles collections archéologiques, préhistoriques et gallo-romaines.
Nombreuses stèles et éléments d’architecture.
La Mosaïque de Bacchus a été mise au jour en 1985 lors des fouilles archéologiques qui ont précédé la construction du musée. Elle a été restaurée par l'Atelier Interdépartemental de restauration de mosaïques de Saint-Romain-en-Gal dans le Rhône et replacée pratiquement à la place de sa découverte. La Mosaïque de Bacchus est un pavement à décor multiple, elle est la plus grande, la plus riche et la mieux conservée des mosaïques polychromes découvertes à Langres. (25 octogones sur 5 rangs et présentant 13 motifs différents).

Aucun commentaire: