vendredi 20 mars 2009

POITIERS Ste-Croix


-->
Musée Sainte-croix
3 bis, rue Jean Jaurès (département : Vienne)

--> Troisième visite le dimanche 24 août 2008.
Bâtiments modernes très mal conçus. Circulation labyrinthique aberrante, espaces pas toujours propices à un accrochage favorable aux oeuvres. (Travaux envisagés ?). Je ne dirai pas ici ce que je pense de l'architecte qui les a imaginés...
En revanche, je vous invite à aller voir de musée Rupert de Chièvres (rue Victor Hugo), hôtel particulier récemment réaménagé, qui est un lieu plein de charme.

Phillips Augustyn Immenraet (1627-75) : Paysage.
André Mervache (1498-1578) : Portrait de Guillaume Sacher (c. 1578)
Portrait de Catherine Desfontaines (c. 1570-75)
Ec. flamande (fin 16e) : Adoration des Mages.
Ec. flamande (17e) : A Carthage,les dieux rappellent Enée à son destin.
Roeland Roghman (1620-86) : Paysage de montagne.
Jan Wijnants (1631-84) : Paysage à la mare.
Paolo Veneziano : 14 petits panneaux représentant des saints.

Sculptures en marbre
Nicolas Guillain (1550-1639) : Statue funéraire de Claude de Laubespine (1614). Femme agenouillée. Marbre.
Guillaume Berthelot (1583-1648 : Statue de Louis XIII jeune en armure. Marbre.

Everard Quirijnz van der Maes : Très belle et importante série de 14 peintures (huile sur cuivre).
-Le Sacrifice d'Abraham - L'Annonciation - L'Annonce aux bergers - Jésus et la femme adultère - Flagellation - Le Couronnement d'épines (à l'arrière plan, Jésus devant Pilate) - Jésus présenté au peuple par Pilate (à gauche, 2 petits chiens, dont un caniche, gravissent des marches) - Jésus est cloué sur la croix - Jésus sur la croix entre la Vierge et St Jean l'Evangéliste - Mise au tombeau - La Résurrection - Le repas d'Emmaüs (2 apôtres) - L'Incrédulité de St Thomas - La Pentecôte.

J.-Paul Laurens : Cavalier de dos. Etude pour « Récit des Temps mérovingiens ».

Alfred de Curzon (1820-95) : St Louis recevant la soumission du duc de la Marche et de sa famille, à Pons, près de Saintes.
Alfred de Curzon : Dominicains peignant leur chapelle (1866).
Alfred de Curzon : Sérénade dans les Abbruzes - Une Mère pauvre -
-Dante et Virgile, sur le rivage du purgatoire, voient venir la barque des âmes que conduit un ange (1857)
-Jeune Amour. Nu, de face, au regard malicieux.
J.-Baptiste Brunet (1849-1917) : La Nuit du Sabbat.

Léon Perrault (Poitiers, 1832-1908) : Le Vieillard et les trois jeunes hommes (1861). Trois beaux jeunes pâtres, appuyés les uns sur les autres, regardent un vieillard agenouillé, en train de planter un jeune arbre.
-Portrait de Henry Perrault - Portrait de Henry Perrault. Jeune homme, beau profil -
-Portrait de Emile Perrault - Portrait de Harry. Beau jeune homme.
Amaury-Duval (1808-85) : Portrait de Marie-Marguerite Foucher de Circe.
-Tête d’Ange de profil.

Jean-Auguste Dominique Ingres
(1780-1867) : Etude de bras pour « Tyndare » de « L’Apothéose d’Homère ».
Léopold Burthe (1823-60) : St Sébastien. Blond, moustache et barbichette blondes.
-Hercule aux pieds d'Omphale. En train de filer.
-La jeune Fille à la fontaine - Ophélia.
Paul Flandrin (1811-1902) : Paysage, Lutte de bergers. Acquisition FRAM 2003.

Pierre-Henri de Valenciennes (1750-1819) : Enée et Didon fuyant l'Orage (1792). Beau paysage sombre ; la foudre frappe le rocher, à droite, au dessus du couple ; grande trouée de lumière dans le ciel ; un cheval blanc se cabre près d'un arbre secoué par les bourrasques.
-Vue de Rome au soleil couchant. Petit paysage.
-Souche d'arbre dans une forêt.
Louis Laffitte (1770-1828) : Portrait de famille (1799)


Louis Gauffier (1762-1801) : Ulysse et Nausicaa (1798). Peintre néoclassique.
Après avoir quitté l'île de la nymphe Calypso sur un radeau, la colère de Neptune n'est pas apaisée. Une nouvelle tempête jette Ulysse sur les plages des Phéaciens. Là, la fille du roi, Nausicaa, après avoir lavé le linge, joue à la balle avec ses compagnes. A la vue du naufragé hirsute, toutes se sauvent, sauf la princesse, qui le mène au palais de son père, Alcinoüs.
-La Prédiction de la naissance de Samson.

Louis Gauffier : La Générosité des Dames romaines (1790).


Louis Gauffier : Le Repos de la Sainte Famille pendant la fuite en Egypte (1792).
François-Xavier Fabre (1766-1837) : Allégorie de la mélancolie ou Délia pleurant Corydon (1795). Portrait.
Jacques-Augustin Pajou (1766-1828) : Œdipe maudissant Polynice.
Jean Broc (1780-1850) : La Mort de Hyacinthe. Elève de David. Beau tableau étrange. Le voile rose qui entoure le torse d'Apollon, se détache sur le ciel bleu et pur. Le disque doré, responsable de la mort de Hyacinthe, repose sur l'herbe verte, base du tableau. Une lumière irréelle vient de la gauche.
Léon Perrault (1832-1908) : Jeune Baigneur surpris par la marée ou Le petit Naufragé (1874)

André Brouillet
(Poitiers 1857-1914) : Plusieurs œuvres. (Expo en cours).

- Intimité (1893) – Ecce Homo.
André Brouillet : Autoportrait


Un Chantier (1883)


André Brouillet : L'Amour aux Champs (1888)


Au premier plan à gauche : Violation du Tombeau de l’évêque d’Urgel (1881).

André Brouillet : Violation du Tombeau de l’évêque d’Urgel (1881).

André Brouillet : La petite Fille en rouge (1895).
Gustave Housez (1822-1904) : Marie Stuart et Châtelard (1858). (Voir château de Pau)
Jules Marlet (1815-81) : Romains et Gaulois ou Bataille d’Alésia.
Carolus-Duran (1864-1943) : Portrait de la mère du peintre.

Eugène Fromentin
(1820-76) : Une Fantasia. Algérie (1869).
 

Gabriel-François Doyen (1726-1806) : Mars vaincu par Diomède. Très grande composition (3,25 x 4,22 m).
Premier plan d'hommes blessés ou mourants. Au centre, Diomède sur son char tiré par des chevaux blancs. Roi légendaire d'Etolie. Il participe à la guerre de Troie. Très brave, il est protégé par Minerve qui guérit ses blessures. Opposé à Mars, Diomède, guidé par Minerve, blesse le dieu qui pousse un cri terrible.
Alfred de Curzon (1820-95) : Vue de l’Acropole d’Athènes au soleil levant.
Théodore Chassériau (1819-56) : 3 études.
-L'Eunuque de la reine d'Ethiopie
.

Paul Belmondo : Buste de jeune Garçon. Marbre.

Salle 12
Henry Daras : Samson.
Gustave Moreau : La Sirène et le poète. Grand tableau récemment restauré.

Ensemble de sculptures de Camille Claudel
Bronzes :

Sakountala. Bronze.


La Valse. Bronze.
La Fortune - Profonde pensée (bronze et marbre) - La Niobide blessée - L'Abandon.Terre cuite : Jeune Femme aux yeux clos.

Salle 13
Romaine Brooks (1874-1970) :
-Gabriele d’Annunzio, poète en exil
(1912) - Portrait de Paul Morand (1925) -

Romaine Brooks : The weeping Venus (1916-17). Scène nocturne. Etrange nu féminin allongé. Corps gris sur un fond noir.
Jean Fautrier (1898-1964) : Fille au tablier bleu (1925).


Piet Mondrian (1872-1944) : Pignon de ferme à Oele (c. 1906).
Pierre Bonnard : Sur le Yacht.
J.-Louis Forain – Edouard Vuillard - Manzana Pissaro - Paul Guigou - Alfred Sisley - Eugène Boudin – Stanislas Lépine – Armand Guillaumin – Charles Lacoste – Maximilien Luce – Albert Marquet.

Sculptures :
Auguste Rodin - Paul Landowsky -
Jean Escoula (1851-1911) : Le Sommeil. Jeune garçon nu endormi. Marbre.
Robert Wlérick : ensemble d'œuvres.
James Pradier : Plusieurs sculptures.

Autres œuvres : ? : Un adolescent nu, agrippé à un rocher battu par les vagues.
Evariste Luminais (1822-96) : Famille vendéenne en prière - Braconniers bretons.
Curtis Grolig (1805-62) : Un Torrent dans Bergen-Stift (Norvège).
Guillaume Dubuffe (1853-1909) : Portrait de Mme de Beauchamps et ses enfants.

Maurice Marinot - Henri Doucet -
Alfred Courmes (1898- ) : Le Départ. Le soldat qui quitte sa femme et son enfant, a une tête de mort.
Henri de Waroquier - Aristide Caillaud - O. Debré - Robert Couturier -

Sculptures de : Max Ernst - Aristide Maillol.

J.-Pierre Pincemin - Bernard Pagès - Daniel Dezeuze - Jean Degottex - Richard Serra - Raymond Hains - Martial Raysse - François Morellet - Jean Dewasne.

Edgard Maxence
: Sérénité. Femme en costume médiéval, en prière.
Odilon Redon : L'Homme rouge.
Eugène Carrière (1849-1906) : Femme au sein nu.
Arthur Gaskin (1862-1928) : Femme de profil.


A noter aussi d'importantes collections archéologiques, antiques et médiévales.

4 commentaires:

Costar a dit…

Bonjour,
Vous n'avez pas noté à Poitiers la présence d'un grand tableau historique et académique de Müller, Charles Louis (1815-1892) "La fête de la raison le 10.11.1793". je vous comprends, mais c'est un tableau assez délirant qui pouvait mériter un commentaire.
Chacun visite son propre musée.
Merci de faire revivre un peu ces peintres ou ces œuvres oubliés.
Je suis impatient de ranimer sous votre plume mes souvenirs du musée des beaux arts de Rouen qui est resté dans ma mémoire le plus beau des musées de province.

Jean-Louis Gautreau a dit…

Merci pour ce commentaire intéressant. Je regrette de n'avoir pas remarqué ce tableau de Müller. Son côté "délirant" aurait dû attirer mon attention. Mais comme l'accrochage est quelquefois modifié, peut-être n'était-il pas présenté lors de ma visite...
Je serais curieux d'en voir une photo...
Quant au musée de Rouen, je l'ai en réserve. J'attendais de retourner le voir avant de le publier, mais votre remarque va peut-être m'inciter à le mettre en ligne plus tôt que prévu.
Je ne sais pas si c'est le plus beau musée de province, je me refuse à établir de tels classements. Les collections de Chantilly, Lille, Lyon, sont prodigieuses, mais j'éprouve autant de plaisir à découvrir des musées plus petits, qui me réservent des surprises.

Costar a dit…

C'est un très grand tableau qui était au musée 2 ans avant votre visite et qui doit toujours y être mais il est très mal éclairé comme s'ils en avaient honte. Il représente une sorte de culte populaire voué au buste de Voltaire. Vous en trouverez hélas seulement un détail en suivant ce lien.
Quant à Rouen, je ne voulais pas nécessairement faire un classement mais il fait avec Nantes, Rennes, Chantilly, et quelques autres, partie du petit groupe des musées que j'ai constamment envie de revoir et présente une incroyable densité de chefs d'œuvre de premier plan (le portrait de Démocrite par velazquez,la vierge entre les vierges de Gérard David, la flagellation du Christ de Caravage, de Berchem une incroyable place de village, et je passe Caillebotte, Monet et le plus étonnant des tableaux de Gérôme). Cependant ne vous précipitez pas et allez le revoir comme vous aviez prévu avant de publier votre papier. Je serai patient.

Jean-Louis Gautreau a dit…

Merci pour ces infos très précises. En effet, le détail du tableau de Müller donne envie de voir le reste...
En dehors du fait que je déteste l'architecture du musée de Poitiers qui est,à mon avis, d'une conception aberrante, je reste persuadé que ce tableau n'était pas exposé lors de mes visites, ou alors il est bien "planqué". A moins que totalement égaré dans le labyrinthe fou de ce musée, je l'aie "zapé".
Moi aussi j'aime retourner dans certains musées ; j'ai visité plusieurs fois celui de Chantilly, de Rennes, de Nantes, Lille, etc. mais aussi celui d'Orléans, ville où je vis - j'accompagne souvent des petits groupes d'amis pour commenter les oeuvres importantes.